En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Spectacle de lanterne magique

A l'occasion du 70e anniversaire de la FIAF, projection exceptionnelle de lanternes magiques, réalisée avec les collections historiques de la Cinémathèque française. Grâce à une triple lanterne magique de la fin du XIXe siècle, projections de plaques de verre peintes à la main des XVIIIe et XIXe siècles.

La « lanterne de peur » ou « lanterne magique », appareil d'optique, apparaît en 1659 à La Haye, dans le laboratoire de l'astronome hollandais Christiaan Huygens. La lanterne magique permet la projection amplifiée, sur écran, d'images peintes sur verre. Ces images peuvent être fixes ou animées, grâce à des juxtapositions de verres mobiles. Tout, dans la lanterne, de même que les effets qu'elle produit, est « magique » : fumante et percée de lumière, en fer, en bois, surmontée d'une cheminée, pourvue d'un jeu de lentilles, d'un réflecteur parabolique et d'une lampe à pétrole ou à huile, elle sert d'abord à projeter tout un cortège d'images diaboliques, licencieuses, religieuses, politiques ou scientifiques, peintes à la main sur des plaques de verre. Elle permet, pour la première fois, d'agrandir des images transparentes qui n'existaient auparavant – et encore vues de loin – que dans les églises, grâce aux vitraux. Elle projette de petits tableaux peints, souvent animés, aux couleurs translucides, ce qui change radicalement de la peinture sur toile ou sur bois. La laterna magica, fille de l'optique et de la magie, transfère sur l'écran les créations de l'esprit et ouvre la voie à tous les fantasmes, à la féerie, au trucage. Grâce aux collections de la Cinémathèque française, on revivra la révolution mouvementée produite dans l'iconographie occidentale par l'apparition des images lumineuses et animées de la lanterne magique.

Séances

Séances passées