Un vivant qui parle, Claude Lanzmann
Table ronde animée par Jacques Mandelbaum et Serge Toubiana

Il y a un « avant » et un « après » Shoah. Par le cinéma et par la force du geste d'un cinéaste, l'histoire de l'extermination d'un peuple et sa représentation en ont été changées à jamais. Mais le cinéma lui aussi a été modifié par l'irruption de ce film hors norme.


Serge Toubiana est président d'Unifrance. Il a été critique aux Cahiers du cinéma et directeur de la Cinémathèque française de 2005 à 2016. Il a publié plusieurs livres sur le cinéma, dont une biographie de François Truffaut, avec Antoine de Baecque (Gallimard, 1996). Ses derniers ouvrages : Les Fantômes du souvenir (Grasset, 2016), Les Bouées jaunes (Stock, 2018), L'Amie américaine (Stock, 2020).

Arnaud Desplechin est cinéaste. Il a notamment réalisé le court métrage La Vie des morts (1991) et, entre autres, les longs métrages La Sentinelle (1992), Trois souvenirs de ma jeunesse (2015), Les Fantômes d'Ismaël (2017). Frère et sœur (2022) est son dernier film en date.

Marie-José Mondzain est philosophe, directeur de recherches au CNRS,  anime le séminaire Obi (Observatoire de l'image). Elle a notamment publié Image, icône, économie (Seuil, 1998), L'image peut-elle tuer ? (Bayard, 2002), Le Commerce des regards (Seuil, 2003), Homo Spectator (Bayard, 2007).

Jacques Mandelbaum est journaliste et critique de cinéma au journal Le Monde.