En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Dialogue entre Volker Schlondorff, Alexandra Stewart et Philippe Collin

En 1963, le cinéaste d'Ascenseur pour l'échafaud et des Amants choisit d'adapter le célèbre roman d'avant-guerre de Pierre Drieu la Rochelle, écrivain fusillé à la Libération : Le Feu follet (1931). Si pour Drieu la Rochelle, son personnage d'Alain valait comme un double romancé de Jacques Rigaut, dandy suicidaire, Louis Malle y voit quant à lui l'occasion de célébrer un autre écrivain et dandy : son ami Roger Nimier, tout juste décédé. Autant de masques littéraires pour un autoportrait de cinéaste : « J'aurais souhaité ne jamais montrer ce film au public, parce que je l'avais fait surtout pour moi ». Au générique du Feu follet, Volker Schlöndorff apparaît comme assistant-réalisateur et Philippe Collin crédité du titre inhabituel de « collaborateur à la mise en scène ». Surtout, les deux hommes sont très proches du Louis Malle de cette première moitié des années 1960 et l'accompagnent dans nombre de ses pérégrinations de l'époque, de l'Algérie en guerre à l'Italie avec Bardot, du Vietnam à la Thaïlande.


Volker Schlöndorff est cinéaste.

Alexandra Stewart est actrice. Elle est révélée par Pierre Kast (Le Bel Âge, 1960), elle joue aussi dans Le Feu follet, le film à sketches Ro.Go.Pa.g. sous la direction de Jean-Luc Godard ("Le nouveau monde", 1963), aux Etats-Unis aux côtés de Warren Beatty (Mickey One d'Arthur Penn, 1965), puis dans La Nuit américaine de François Truffaut, en 1975, la même année dans Black Moon de Louis Malle ou, récemment, dans Sous le sable (François Ozon, 2000).

Philippe Collin a été l'assistant de Rohmer, Renoir, Cavalier, et notamment de Louis Malle sur Zazie dans le métro, Vie privée et Le Feu follet. Il est réalisateur de documentaires à la télévision et l'auteur de quatre longs-métrages au cinéma : Ciné Follies (1976), Le Fils puni (1980), Les Derniers Jours d'Emmanuel Kant (1994) et Aux abois (2005). Il est aussi connu pour ses critiques de cinéma et ses interventions à la radio (« Le Masque et la Plume » sur France Inter, entre 1985 et 2001).