En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Table ronde avec Pip Chodorov, Émeric de Lastens et Cécile Tourneur
animée par Caroline Maleville

« Ce film, c'était d'abord pour moi-même... Mes amis à New York me demandaient toujours d'où je venais, comment était mon pays. J'ai fait ce film aussi pour leur montrer. »
Jonas Mekas à la Cinémathèque française, 2007.

« Cette œuvre est composée de trois parties. La première est faite de films que j'ai tournés avec ma première Bolex à notre arrivée en Amérique. Ce sont les images de ma vie, de celle d'Adolfas [Mekas], de ce à quoi nous ressemblions à l'époque. La seconde partie a été tournée en août 1971, en Lituanie. Presque tout a été filmé à Seminiskiai, mon village natal. On y voit la vieille maison, ma mère (née en 1887), tous mes frères célébrant notre retour, les endroits que nous connaissions, la vie aux champs et autres détails insignifiants. Ce n'est pas une image de la Lituanie actuelle, ce sont les souvenirs d'une « personne déplacée » retrouvant sa maison pour la première fois après vingt-cinq ans. La troisième partie débute par une parenthèse sur Elmshorn, un faubourg de Hambourg, où nous avons passé un an dans un camp de travaux forcés pendant la guerre. »
Jonas Mekas, site des éditions Re :Voir


Pip Chodorov, né à New York en 1965, est un réalisateur, spécialiste du cinéma expérimental et éditeur de vidéos (Re:Voir). Il est installé en France depuis 1988.

Conseiller cinéma à la DRAC Île-de-France depuis 2018, critique, programmateur et historien du cinéma, Émeric de Lastens a été attaché de recherches en études cinématographiques, ainsi que chargé de cours (à Paris 3, à l'ESEC, à l'École des Beaux-Arts du Mans). Il a régulièrement écrit sur le cinéma expérimental, notamment pour les éditions DVD de Re:Voir et, au début des années 2000, pour Exploding, revue d'analyse de l'expérimentation cinématographique.

Cécile Tourneur est docteure en histoire et esthétique du cinéma. Elle a publié des articles sur Chantal Akerman, Vincent Dieutre, Johan van der Keuken et poursuit ses recherches sur le son dans le cinéma documentaire et autobiographique. Elle a consacré un travail de thèse à la voix dans l'œuvre de Jonas Mekas.

Après diverses expériences dans la distribution et des institutions de cinéma, Caroline Maleville rejoint la Cinémathèque française en 2005. Responsable de programmation depuis 2009, elle organise notamment des rencontres dédiées à la jeune création cinématographique contemporaine. Elle a conçu et organisé la rétrospective "Semaine du cinéma chilien contemporain".