En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
René Clair (3/3) : Le plus français des cinéastes ?

René Clair (3/3) : Le plus français des cinéastes ?
Conférence de Noël Herpe

Troisième d'une série de trois conférences consacrées au cinéaste français René Clair, en partenariat avec l'Université permanente de la ville de Paris.

Reçu en 1960 à l'Académie, célébré pour l'ironie toute française qui caractérise son « petit monde », René Clair fut en même temps (ou à cause de cela) l'un de nos cinéastes qui s'acclimata le mieux à Hollywood : La Belle ensorceleuse (1941), Ma femme est une sorcière (1942), C'est arrivé demain (1944), Dix petits Indiens (1945)... Déjà familier des studios britanniques (Fantôme à vendre, 1935), il déplace et déploie outre-Atlantique, pendant les années du second conflit mondial, son jeu sur les représentations nationales et les codes du genre.


Maître de conférences à l'université Paris 8, réalisateur de films de fiction et d'écrits autobiographiques, Noël Herpe a conçu pour la Cinémathèque française les expositions Sacha Guitry et H.-G. Clouzot. Historien du cinéma français, il a publié entre autres une biographie d'Éric Rohmer et un recueil d'entretiens avec lui, et plusieurs ouvrages sur René Clair : René Clair, le film dans le texte chez Jean-Michel Place ; René Clair ou le cinéma à la lettre aux éditions de l'AFRHC. Il est par ailleurs l'auteur d'écrits autobiographiques (le dernier en date, Souvenirs/Écran, chez Bartillat, chronique sa tournée de conférences sur H.-G. Clouzot), ainsi que de films de fiction : son premier long métrage, Fantasmes et Fantômes, vient de paraître en DVD chez Tamasa.