En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Le Continent des hommes-poissons

Le Continent des hommes-poissons
L'Isola degli uomini pesce

Sergio Martino
Italie / 1978 / 96 min

Avec Joseph Cotten, Mel Ferrer.

Les rescapés d'un naufrage se retrouvent sur une île où un savant fou tente de créer une nouvelle race d'hommes amphibies.


Sergio Martino fut un des plus fidèles, et des plus talentueux parfois, artisan du cinéma d'exploitation italien, auteur de films très souvent produits par la compagnie de production de son frère Luciano. Il aura, dès ses débuts comme réalisateur à la fin des années 1960, suivi toutes les modes des genres populaires transalpins, du western spaghetti à la comédie sexy, en, passant par le giallo et le polar violent, genres dont il signera quelques authentiques réussites. Le Continent des hommes-poissons correspond à une période tardive. Il est représentatif du déclin d'un type de productions que la télévision berlusconienne allait engloutir définitivement. Tourné en 1978, Le Continent des hommes-poissons fut une tentative opportuniste de profiter du succès de la version de L'Île du docteur Moreau, réalisé quelques mois plus tôt par Don Taylor. Peu soucieux de vraisemblance, déjà contraint par des économies budgétaires, le film, dont l'action est censée se dérouler dans les Caraïbes, a été tourné en Sardaigne et dans les environs de Rome, comme en témoigne une végétation peu conforme à celle des tropiques. À cette variation sur l'œuvre de H. G. Wells, les scénaristes ont rajouté des références à Lovecraft ou à Jules Verne. Le film reprend le thème du savant fou, ici incarné par l'américain Joseph Cotten, et celui du mythe de l'Atlantide. Forme dégradée, et un peu languide, du film d'aventures exotiques hollywoodien, Le Continent des hommes-poissons contient quelques instants de fulgurantes inventions poétiques, comme ce moment magique où la belle Barbara Bach nourrit les malheureux hommes-poissons.

Jean-François Rauger

Séances

Séances passées