En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
L'Aile ou la cuisse

L'Aile ou la cuisse

Claude Zidi
France / 1976

Avec Louis de Funès, Coluche.

Charles Duchemin, le directeur d'un guide gastronomique très réputé, est opposé à Tricatel, le roi de la restauration industrielle. Duchemin espère voir son fils lui succéder, mais le jeune homme rêve de devenir clown.


L’Aile ou la cuisse marque le retour de Louis de Funès après trois ans loin du grand écran pour cause d’infarctus – une éternité pour cet hyperactif de la comédie. Visage amaigri, émoussé, le fin gourmet vit un supplice de Tantale devant les plats qui défilent d’une scène à l’autre. Peu importe, il s’investit pleinement dans son rôle, toujours en verve, toujours avec le même plaisir de jouer les irascibles. Mais son jeu, plus nuancé, gagne en profondeur, en douceur. Avec Coluche, dont la candeur rappelle évidemment celle de Bourvil, il forme un duo étonnant, et, surtout, passe un relai plus que symbolique, émouvant, à une nouvelle génération, incarnée également par Claude Zidi derrière la caméra. Le tandem fonctionne, les gags s’enchaînent, la sauce prend, et on se régale. Pamphlet alerte contre la société de consommation, contre l’alimentation industrielle et le « progrès » (mention spéciale à Julien Guiomar/Tricatel, odieuse crapule), L’Aile ou la cuisse, derrière la comédie caricaturale, laisse poindre, dans l’œil de Louis de Funès, dans le sourire de Coluche, quelques éclairs de tendresse et de poésie, qui viennent parfaire la recette.

Générique

Réalisateur : Claude Zidi
Assistants réalisateurs : Jean-Jacques Beineix, Hélène Bernardin
Scénaristes : Claude Zidi, Michel Fabre
Dialoguistes : Claude Zidi, Michel Fabre
Société de production : Les Films Christian Fechner
Producteur : Christian Fechner
Producteur délégué : Bernard Artigues
Producteur exécutif : Pierre Grunstein
Directeur de production : Roger Morand
Distributeur d'origine : AMLF (Paris)
Directeur de la photographie : Claude Renoir
Cadreur : Jean-Paul Schwartz
Ingénieur du son : Jean-Claude Laureux
Mixeurs : Claude Villand, Nara Kollery
Compositeur de la musique originale : Vladimir Cosma
Décorateur : Michel deBroin
Costumiers : Jacques Fonteray (maquettes), Jeannine Vergne
Maquilleurs : Anatole Paris, Marie-Madeleine Paris
Monteurs : Robert Isnardon, Monique Isnardon
Script : Sylvie Koechlin
Régisseur : Francis Peltier
Coordinateurs des effets spéciaux : Christian Bourqui, Henri Assola
Coordinateur des effets sonores : Luc Perini
Cascadeur : Rémy Julienne
Photographe de plateau : Bruno Bueno
Interprètes : Louis deFunès (Charles Duchemin), Coluche (Gérard Duchemin), Ann Zacharias (Marguerite II), Julien Guiomar (Jacques Tricatel), Claude Gensac (Marguerite I), Raymond Bussières (Henri, le chauffeur), Georges Chamarat (le Doyen des Académiciens), Marcel Dalio (le tailleur), Vittorio Caprioli (Vittorio, le gargotier italien), Jean Martin (le médecin de la clinique), Fernand Guiot (Dubreuil), Yves Afonso (le plombier espion), Daniel Langlet (Lambert), Martin Lamotte (Roland), Gérard Boucaron (Ficelle), Robert Lombard (le patron de La Coquille d'Or), Pierre Forget (le patron de L'Auberge de la Truite), Dominique Davray (l'infirmière), Antoine Marin (un inspecteur du guide Duchemin), Albert Michel (un inspecteur du guide Duchemin), Maurice Vallier (un inspecteur du guide Duchemin), Pierre Decazes (le directeur du relais routier), Paul Bisciglia (le bagagiste du relais hôtelier), François Viaur (le sommelier du relais hôtelier), Aurora Maris (Gina, la femme de Vittorio), Max Montavon (Monsieur Godefroy), Marie-Anne Chazel (l'amie de Gérard), Mac Ronay (le sommelier aux tics), Jacques Mathou (un journaliste), Gérard Lanvin (un ami de Gérard), Philippe Bouvard (dans son propre rôle), Jean Amadou (la voix du chroniqueur radiophonique), Eduardo Bergara Leumann, André Clos, Marie Frey, Auguste Geronimi, Gérard Lorin, Catherine Meurisse, Bob Morel, Peter Rockbertys, Guy Truffert, Gérard Victor, Charles Vinadel, Dianik Zurakowska