En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Cartes sur table

Cartes sur table
Cartas boca arriba

Jesus Franco
Espagne, France / 1965

Avec Eddie Constantine, Françoise Brion, Fernando Rey.

Un agent secret enquête sur une série d'assassinats de personnalités internationales commis par des terroristes génétiquement modifiés.


En 1966, Jess Franco, qui sort du tournage de Falstaff de Welles dont il dirigeait la seconde équipe, réalise deux coproduction franco-espagnoles. La partie française, c'est la société de Serge Silberman, producteur, entre autres, des films de Luis Buñuel depuis Le Journal d'une femme de chambre en 1964. Celui-ci propose à Franco de s'adjoindre le concours de Jean-Claude Carrière pour co-écrire deux scénarios. « Quand Serge Silberman me l'a présenté, nous avions bavardé un moment dans un café [...] et le tour était joué » écrira le cinéaste dans son livre de souvenirs, Les Mémoires de l'oncle Jess (éditions Serious Publishing). L'auteur de L'Horrible docteur Orloff s'entendra parfaitement avec le scénariste de Buñuel dont il admire « sa culture, son talent, son sens de l'invention, sa profonde connaissance de la langue et de la culture espagnoles et sa folie surréaliste ». Le résultat donnera deux formidables petits films de série B, deux petits bijoux relevant tout autant de la bande dessinée postmoderne que des serial hollywoodiens dont la liberté de ton, selon lui, était la conséquence du fait qu'aucun des producteurs n'avait lu le scénario.

Le Diabolique Docteur Z (également sorti en France sous le titre Dans les griffes du maniaque) décrit la vengeance de la fille d'un savant, méprisé par ses confères pour ses idées révolutionnaires. Elle kidnappe une strip-teaseuse qui deviendra, avec ses ongles enduits de curare, un instrument de séduction et de mort. Une ambiance gothique associée à une immersion dans les signes architecturaux d'un monde très contemporain, caves aux murs suintants et immeubles de béton et de verre, une mise en scène privilégiant les éclairages contrastés, les contre-plongées dynamiques, les gros plans inquiétants, permettent de tirer de l'économie réduite de la production ses potentialités dramatiques. Les scènes de cabaret, déjà, jouent ce rôle de simulacres de sexe et de mort que l'on retrouve dans toute l'œuvre du cinéaste Elles constituent le centre nerveux d'un film dépassant malicieusement les grands récits de la terreur littéraire et cinématographique dont celui du défi frankensteinien.

Cartes sur table, échevelée bande de science-fiction et d'espionnage, tourné dans la foulée, met en vedette Eddie Constantine, acteur défini par une antériorité construite par ses polars de série tournée en France (et notamment son personnage de Lemmy Caution) et le film de Godard, Alphaville. Franco organise, à l'instar de l'auteur d'À bout de souffle, mais avec des moyens et des objectifs différents, une déconstruction, moins romantique, de la figure incarnée par Constantine. « Les producteurs voulaient revenir au Constantine de service [...] mais nous voulions y adjoindre une touche moins primaire, une sorte de distance complice. [...]. Le héros devait être un abruti. »

Jean-Claude Carrière se souvenait avec affection de Jess Franco : « Le travail avec lui était rapide, mais normal. Il devait s'adapter à l'étroitesse des budgets. Deux fois, un vendredi et un samedi, il est venu me voir au bar de l'Olympia en me disant : "Cette fois je veux faire un vrai film, plus de petites merdes." Il me racontait le début d'une histoire intéressante, me donnait rendez-vous pour le lundi suivant-et disparaissait pour plusieurs années. J'ai su qu'il était parti tourner à l'improviste à l'étranger. [...] Je lui ai toujours gardé mon amitié. Il ressemblait à Peter Lorre. Étonnant personnage. »

Jean-François Rauger

Séances

Séances passées



Générique

Réalisateur : Jesus Franco
Scénariste : Jesús Franco
Auteur de l'oeuvre originale : Jesús Franco
Adaptateur : Jean-Claude Carrière
Dialoguistes : Jean-Claude Carrière, Germain Cousin
Sociétés de production : Speva Films, Ciné-Alliance, Hesperia Films (Madrid)
Directeur de production : Henri Baum
Directeur de la photographie : Antonio Macasoli
Ingénieur du son : Jacques Gérardot
Compositeur de la musique originale : Paul Misraki
Décorateur : Jean d'Eaubonne
Monteur : Marie-Louise Barberot
Interprètes : Eddie Constantine (Hal Pereira), Françoise Brion (Lady Cecilia), Fernando Rey (Sir Percy), Sophie Hardy (Cynthia), Alfredo Mayo (Baxter), Marcelo Arroita Jáuregui (Olsen), Ricardo Palacios (Hermès), Gene Reyes (Chang Howe), Vicente Roca (Lee Wee), Lemmy Constantine (l'enfant)