En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
L'Enfer des anges

L'Enfer des anges

Christian-Jaque
France / 1939

Avec Jean Tissier, Louise Carletti, Dorville.

Violemment battu par son père, Lucien se réveille amnésique dans un terrain vague où il rencontre Lucette, jeune vagabonde en fuite. Tous deux échouent dans un quartier où règne le trouble Monsieur Max.


Restauration 4K par Pathé, réalisée au sein de l'Image Retrouvée (Paris-Bologne) d'après les négatifs originaux image et son et d'un marron safety ; supervisé par Pathé ; avec le soutien du CNC.


Le projet de L'Enfer des anges est né de la stupéfaction qu'éprouva Christian-Jaque, réalisateur des Disparus de Saint-Agil et de nombreuses comédies, lors de sa découverte de la zone de Saint-Ouen. Une image l'avait alors particulièrement frappé : celle d'habitants miséreux lui refusant l'accès à leur quartier. Longtemps oublié, le film constitue pourtant l'un des plus beaux chants du cygne du réalisme poétique français. Inspiré des enquêtes d'Alexis Danan, journaliste et important défenseur des droits de l'enfant, le récit en conserve la dimension militante et dénonce, davantage encore que la misère, le déterminisme social qui retire à ces habitants marginalisés tout espoir d'amélioration de leur sort. Dans la zone, la violence naît des conditions de vie intolérables, et l'innocence des enfants, privés d'amour parental, est constamment mise à l'épreuve de la perversité d'adultes cyniques et lubriques. Le film peut se voir comme le pendant sombre des Disparus de Saint-Agil, avec lequel il partage le même trio de jeunes acteurs ainsi que le scénariste Pierre Véry et le dialoguiste Jacques Prévert (non crédité). Toujours inventifs et gouailleurs, les Chiches Capons se battent ici pour survivre, un cran d'arrêt dans la poche. Tourné en 1939, le film, sélectionné pour le premier Festival de Cannes, est censuré par le gouvernement Daladier car soupçonné d'idéologie communiste. Il sort en 1941, récupéré par la politique vichyste qui y voit une illustration de la « France d'avant ».

Laurent Husson

Séances

Séances passées

Dimanche 8 mars 2020, 14h30 - Salle Jean Epstein → 16h10 (96 min)
Séance présentée par Tessa Pontaud et Noël Very

Générique

Réalisateur : Christian-Jaque
Assistant réalisateur : Jean Darvey
Scénariste : Pierre Véry
Collaborateur scénaristique : Jacques Prévert
Dialoguistes : Pierre Laroche, Jacques Prévert
Société de production : SAROC - Societé Anonyme de Réalisations d'Oeuvres Cinématographiques
Directeur de production : Émile Darbon
Directeur de la photographie : Otto Heller
Cadreur : André Thomas
Ingénieur du son : Louis Perrin
Compositeur de la musique originale : Henri Verdun
Décorateur : Paul-Louis Boutié
Maquettiste : Jean d'Eaubonne
Monteur : William Barache
Coordinateur des effets spéciaux : Nicolas Wilcke
Photographe de plateau : Léo Mirkine
Interprètes : Louise Carletti (Lucette), Jean Claudio (le jeune Lucien), Serge Grave (Paul Minain), Marcel Mouloudji (le jeune Léon), Félix Claude (René la Science), Berthe Tissen (Marie la Planche), Robert Rollys, Sylvia Bataille (Simone), Lucien Galas (Jean Balard), René Bergeron (Sulpice, le père de Lucien), Fréhel (la femme Sulpice), Jean Brochard (M. Petitot, le philatéliste), Bernard Blier (Freddy, le patron du bistrot), Jean Tissier (Max), Dorville (le père La Loupe), Max Dejean, Raoul Marco, Villain (la Lune), Salem (le Rouquin)