En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Scarface

Scarface
Scarface: The Shame of a Nation

Howard Hawks, Richard Rosson
États-Unis / 1930 / 90 min
D'après le roman Scarface d'Armitage Trail.

Avec Paul Muni, Ann Dvorak, George Raft.

Chicago, pendant la prohibition. Tony Camonte, un jeune malfrat ambitieux, tue son patron, intègre le gang rival où il prend peu à peu le pouvoir.


1932. Mervyn LeRoy et William Wellman sont déjà passés par là lorsque les deux Howard, Hawks et Hugues, embarquent ensemble dans l’aventure Scarface. L’expérience du premier et la force de conviction du second ne sont pas de trop pour affronter William Hays et son code de censure. Malgré des scènes tronquées, l’exigence d’une fin alternative qui sera finalement jugée trop faible, ils vont construire un film violent, à l’esthétique renversante. La réalisation est précise, très travaillée, du plan-séquence d’ouverture aux trouvailles géniales comme les X insérés dans les plans précédant les morts – idée que reprendra Scorsese pour Les Infiltrés. Scarface, c’est bien entendu Al Capone, dont le film s’inspire. Débarrassé de ses oripeaux hollywoodiens par le talentueux Ben Hecht, le scénario colle au plus près de l’histoire. Hawks fait même tirer des balles réelles. Pas d’excuse sociale ou de romantisme, des exécutions froides, le drame sans le mélo, une violence brute, sale. Il faut un Paul Muni au sommet pour faire oublier James Cagney et Edward G. Robinson ; il y parvient avec grâce, fureur et folie. Scarface connaît une sortie en salles compliquée, la critique accuse Hawks d’avoir dressé un portrait à la gloire d’Al Capone, prenant son souci de réalisme pour de la complaisance. Ce sera malgré tout l’un des films de gangsters les plus emblématiques, devenu au fil des décennies un mètre étalon, et le préféré de son réalisateur.

« Les films de cette époque, que ce soit à Berlin ou à Hollywood, sont raffinés, remplis de recherches sonores, profondément réalistes, intenses de vie et, aux États-Unis, cette période est marquée par la prédominance du film de gangsters dont le chef-d'œuvre est Scarface. » (Henri Langlois)

Séances

Séances passées

  • Scarface (Howard Hawks, Richard Rosson / États-Unis / 1930 / 90 min / DCP / VOSTF)

  • Scarface (Howard Hawks, Richard Rosson / États-Unis / 1930 / 90 min / DCP / VOSTF)

  • Scarface (Howard Hawks, Richard Rosson / États-Unis / 1930 / 90 min)

  • Scarface (Howard Hawks, Richard Rosson / États-Unis / 1930 / 90 min)

  • Scarface (Howard Hawks, Richard Rosson / États-Unis / 1930 / 90 min)

Générique

Réalisateur : Howard Hawks, Richard Rosson
Scénaristes : Ben Hecht, Howard Hawks
Auteur de l'oeuvre originale : Armitage Trail d'après le roman "Scarface"
Adaptateur : Fred Pasley
Dialoguistes : Seton I. Miller, John Lee Mahin, W.R. Burnett
Société de production : The Caddo Company
Producteurs : Howard Hawks, Howard Hughes
Directeur de production : Charles Stallings
Directeurs de la photographie : Lee Garmes, L.W. O'Connell
Cadreurs : Roy Clark, Warren Lynch
Ingénieur du son : William Snyder
Décorateur : Harry Oliver
Monteurs : Edward Curtiss, Lewis Milestone
Scripts : W.R. Burnett, John Lee Mahin, Seton I. Miller
Photographe de plateau : Eugene Kornman
Interprètes : Paul Muni (Tony "Scarface" Camonte), Ann Dvorak (Cesca Camonte), Karen Morley (Poppy), Osgood Perkins (Johnny Lovo), C. Henry Gordon (Ben Guarino), George Raft (Gino Rinaldi), Vince Barnett (Angelo), Boris Karloff (Gaffney), Purnell Pratt (l'éditeur), Tully Marshall (le rédacteur en chef), Edwin Maxwell (le chef des inspecteurs), Inez Palange (Madame Camonte), Harry J. Vejar ("Big Louie" Costello), Henry Armetta (Pietro), Maurice Black (un truand), Bert Starkey (Epstein), Paul Fix (un acolyte de Gaffney), Hank Mann (un ouvrier), Charles Sullivan (un bootlegger), Harry Tenbrook (un bootlegger), John Lee Mahin (MacArthur du "Tribune"), Howard Hawks (un homme couché à l'hôpital)