En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Le Village des damnés

Le Village des damnés
Village of the Damned

Wolf Rilla
Grande-Bretagne / 1959 / 77 min

Avec George Sanders, Barbara Shelley, Michael Gwynn.

Dans le village anglais de Midwich, des enfants, tous nés de père inconnu au même moment, vont très vite manifester des dons de télépathie et des intentions hostiles.


John Carpenter en a réalisé le remake en 1994.


Reprenant avec originalité le thème de l'invasion extraterrestre, le livre de John Wyndham, Les Coucous de Midwich, fit l'objet de deux adaptations cinématographiques, l'une britannique, l'autre hollywoodienne, chacune remarquable. La terreur qu'y dégage l'enfant est celle naissant de la surconscience d'un-être-au-monde, d'une volonté mécanique de domination de l'univers des adultes par un savoir quasi omniscient et une absence totale d'affect. C'est bien sur cette froideur et cette apparente hyper-lucidité dont témoignent les gamins qui singularise, ne serait-ce que par les contraintes de la direction d'acteur qu'ils induisent, les deux titres. Un enfant au cinéma c'est toujours le risque de l'accident et du surgissement de l'inattendu dans le plan. La monstruosité des gamins du Village des damnés repose justement sur cette impossibilité. L'enfant n'est plus un petit animal pulsionnel et émouvant mais un monstre froid, imprégné d'une vision darwinienne où s'impose le pouvoir du plus fort et une volonté objective de domination. La comparaison du film de Wolf Rilla et celui de John Carpenter est par ailleurs riche d'enseignement. Le Village des damnés version 1960 et Le Village des damnés version 1994 sont aussi deux grands films politiques, témoignant d'une vision esthétique et morale au bout du compte assez différente. Dans le film anglais, la collectivité en proie au danger représentée par les enfants réagit avec un relatif flegme, une ironie subtile et inquiète tout à la fois (que l'on doit notamment à l'interprétation magnifique de Georges Sanders) représentatif, peut-être, de présumées qualités nationales britanniques. L'enfant n'est ainsi qu'une forme poussée mais non antagonique de cette froideur désaffectée. Le film de Carpenter adopte un point de vue radicalement différent. Les enfants y incarnent le négatif absolu d'une humanité essentiellement sentimentale dont ils constituent une projection paranoïaque. C'est la menace d'un ordre totalitaire opposé à une certaine vision idéologique de l'individu et de la liberté qu'incarnent les petits envahisseurs.

Jean-François Rauger

Séances

Séances passées