En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Los Olvidados

Los Olvidados

Luis Buñuel
Mexique / 1950 / 89 min

Avec Estela Inda, Miguel Inclán, Alfonso Mejía.

La vie criminelle d'un groupe d'enfants pauvres dans les faubourgs de Mexico.


Film restauré en 2019 au laboratoire L'Immagine ritrovata dans le cadre de la World Cinema Project de la Film Foundation, en collaboration avec la Fundación Televisa, la Cineteca Nacional México et la Filmoteca de la UNAM, grâce au soutien de la Material World Foundation.


Le pire moyen de filmer la misère n'est-il pas de la sertir d'une commisération qui revient surtout à la rendre présentable ? Luis Buñuel a bien compris le problème, lui qui, pour son troisième film mexicain, choisit de la filmer telle quelle, dans une farce macabre où la violence ne cesse de rouler sur elle-même. Le succès du Grand noceur (1949) vient de lui acquérir le crédit du producteur Oscar Dancingers, et surtout un long temps d'enquête et d'observation à la périphérie pauvre de Mexico, source d'une documentation considérable sur la délinquance. Le film décrit les méfaits d'une bande de gamins errants et dresse un portrait grinçant d'une cruauté en vase-clos. Ce territoire sauvage, chauffé au soleil aride et sillonné d'éclairs de rage, crée un naturalisme halluciné qui communique avec les espaces fluctuants du rêve. La violence n'est même pas éclairée par une logique de survie qui viendrait la justifier, mais reste jusqu'au bout le jeu extrême, le grand éclat de rire de l'enfance sacrifiée. Ici, pas de morale surplombante, mais un regard franc et lucide. Los Olvidados ne raconte ainsi rien d'autre que le meurtre social de l'enfance laissée à elle-même, à quoi conduit l'existence de telles concentrations urbaines de pauvreté. À sa sortie en 1950, le film suscite un tel scandale qu'il est retiré des écrans après trois jours, mais connaît ensuite une exploitation normale grâce au succès rencontré au Festival de Cannes, où il reçoit, en 1951, le Prix de la mise en scène.

Mathieu Macheret


« Los Olvidados est un film digne de L'Âge d'or et de Terre sans pain. On y retrouve ce long et monotone hurlement de pitié et de rage mêlées, ce même parti pris d'oser aller au fond de la cruauté humaine parce qu'elle n'est qu'un aspect de la cruauté du monde. » (André Bazin)

« Le film est extraordinairement cruel. En fonction de son sujet qui est atroce, mais aussi d'une constante qui se retrouve dans toute l'œuvre du réalisateur. Les Oubliés conduiraient au fond du désespoir si une profonde tendresse, d'autant plus sincère qu'elle ne s'étale point, ne l'imprégnait tout entier. » (Georges Sadoul)

Séances

Séances passées





Mercredi 9 mai 2018, 19h30 - Salle Henri Langlois → 21h50 (137 min)
Séance suivie d'une discussion avec Jean Douchet







Générique

Réalisateur : Luis Buñuel
Assistant réalisateur : Ignacio Villareal
Scénaristes : Luis Buñuel, Luis Alcoriza, Julio Alejandro, Juan Larrea, José deJesús Aceves, Max Aub, Pedro deUrdimalas
Auteur de l'oeuvre originale : Luis Buñuel d'après un sujet, Luis Alcoriza d'après un sujet
Dialoguistes : Luis Buñuel, Luis Alcoriza, Julio Alejandro, Juan Larrea, José deJesús Aceves, Max Aub, Pedro deUrdimalas
Société de production : Ultramar Films (México)
Producteurs : Oscar Dancigers, Jaime Menasce
Producteur exécutif : Federico Amérigo
Directeur de production : Fidel Pizarro
Distributeur d'origine : Héraut-Film (Paris)
Directeur de la photographie : Gabriel Figueroa
Cadreur : Ignacio Romero
Ingénieurs du son : José B. Carles, Jesús González Gancy
Compositeur de la musique originale : Gustavo Pittaluga
Directeur artistique : Edward Fitzgerald
Maquilleur : Armando Meyer
Monteurs : Luis Buñuel, Carlos Savage
Interprètes : Estela Inda (Marta, la mère de Pedro), Miguel Inclán (Don Carmelo, l'aveugle), Alfonso Mejía (Pedro), Roberto Cobo ("Jaibo"), Alma Delia Fuentes (Meche), Efraín Arauz ("Cacarizo", son frère), Francisco Jambrina (le directeur de le maison de redressement), Angel Merino (Carlos, son assistant), Jesús García Navarro (le père de Julián), Sergio Villareal ("Pelón"), Jorge Pérez ("Pelón"), Javier Amezcua (Julián), Mario Ramírez ("Petits yeux"), Juan Villegas (le grand père de "Cacarizo"), Hector López Portillo (le juge), Rámon Martínez (Nacho, le frère de Pedro), Diana Ochoa (la mère de "Cacarizo"), Francisco Muller (Mendoza), Salvador Quiroz (le forgeron), José Moreno Fuentes (un policier), Charles Rooner (le pédéraste), Daniel Corona (un garçon à la rue), Roberto Navarrete (un garçon à la rue), Antonio Martínez (le petit garçon), Antulio Jiménez Pons (le vendeur), Humberto Mosti (un employé), Pepe Loza (un garçon de la maison de redressement), Rubén Campos (un garçon de la maison de redressement), Ignacio Solórzano (le propriétaire du manège), Victorio Blanco (l'homme âgé sur le marché), Juan Domínguez (l'employé), Ramón Sánchez (un marchand de "tortillas"), Enedina Díaz de León (un marchand de "tortillas"), Ines Murillo (un enfant), Rosa Pérez (un enfant), Miguel Funes Jr. (un enfant), Patricia Jiménez Pons (un enfant), José Luis Echeverría (un enfant), Ernesto Alonso (la voix du narrateur), Jeanne Rucar, Juan Luis Buñuel