En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
À la recherche de Mr. Goodbar

À la recherche de Mr. Goodbar
Looking for Mr. Goodbar

Richard Brooks
États-Unis / 1977 / 136 min
D'après le roman À la recherche de Mr. Goodbar de Judith Rossner.

Avec Diane Keaton, Richard Gere, Tom Berenger.

Dans les années 1970, une enseignante pour sourds, célibataire d'apparence sage, s'aventure chaque nuit dans les bas-fonds de New York en quête d'expériences sexuelles avec des inconnus.


Richard Gere en jeune délinquant, Tom Berenger dans l’un de ses premiers rôles. Giorgio Moroder, Diana Ross et du disco. Mais surtout Diane Keaton, éclatante, bientôt oscarisée pour Annie Hall. Avec elle, Richard Brooks continue son patient travail de dissection de la société américaine. Avec elle, il livre une chronique douce-amère, une introspection délicate et sincère. Il observe, constate, avec lucidité mais sans morale. Theresa est éducatrice le jour, se perd dans les bas-fonds new-yorkais la nuit. La photo est magnifique, M. Goodbar prend des airs de Taxi Driver, les dingues et les paumés habitent la nuit glauque et poisseuse. Un portrait osé et bouleversant de l’âme féminine.

Séances

Séances à venir

Ajouter 2021-09-24 16:15:00 2021-09-24 18:31:00 Europe/Paris À la recherche de Mr. Goodbar À la recherche de Mr. Goodbar Salle Salle Henri Langlois - La cinémathèque française - 51 Rue de Bercy, 75012 Paris La cinémathèque française contact@cinematheque.fr

Ajouter 2021-10-02 21:00:00 2021-10-02 23:16:00 Europe/Paris À la recherche de Mr. Goodbar À la recherche de Mr. Goodbar Salle Salle Henri Langlois - La cinémathèque française - 51 Rue de Bercy, 75012 Paris La cinémathèque française contact@cinematheque.fr

Séances passées

Dimanche 14 février 2021, 16h45 - Salle Henri Langlois → 19h05 (136 min)
Horaire susceptible d'être modifié. Ouverture de la billetterie pour cette séance courant janvier

Lundi 1 février 2021, 17h00 - Salle Henri Langlois → 19h20 (136 min)
Horaire susceptible d'être modifié. Ouverture de la billetterie pour cette séance courant janvier

Générique

Réalisateur : Richard Brooks
Assistants réalisateurs : Dave Silver, Alan Brimfield
Scénariste : Richard Brooks
Auteur de l'oeuvre originale : Judith Rossner d'après le roman "Looking for Mr. Goodbar"
Société de production : Paramount Pictures
Producteur : Freddie Fields
Directeur de production : Dave Silver
Distributeur d'origine : CIC - Cinema International Corporation
Directeur de la photographie : William A. Fraker
Cadreur : Nick McLean
Ingénieurs du son : Al Overton Jr., Michael Galloway
Compositeur de la musique originale : Artie Kane
Compositeur de la musique préexistante : Milan Williams "Machine Gun"
Auteur des chansons originales : Carol Connors "Don't Ask to Stay Until Tomorrow"
Auteurs des chansons préexistantes : Donna Summer "Try Me, I Know We can Make It", "Prelude to Love", Peter Bellotte "Try Me, I Know We can Make It", "Prelude to Love", Adrienne Anderson "Could It Be Magic", Kenny Gamble "Don't Leave Me This Way", Leon Huff "Don't Leave Me This Way", "Back Stabbers", Cary Gilbert "Don't Leave Me This Way", Pamela Sawyer "Love Hangover", Marilyn McLeod "Love Hangover", Gene McFadden "Back Stabbers", John Whitehead "Back Stabbers", Boz Scaggs "Lowdown", Bill Withers "She's Lonely", "She Wants To (Get On Down)", Domenico Modugno "Nel blu dipinto di blu (Volare)", Franco Migliacci "Nel blu dipinto di blu (Volare)", Mitchell Parish "Nel blu dipinto di blu (Volare)", John Freeman Young "Silent Night, Holy Night", Robert Burns "Auld Lang Syne"
Compositeur des chansons originales : Artie Kane "Don't Ask to Stay Until Tomorrow"
Compositeurs des chansons préexistantes : Giorgio Moroder "Try Me, I Know We can Make It", "Prelude to Love", Barry Manilow "Could It Be Magic", Kenny Gamble "Don't Leave Me This Way", Leon Huff "Don't Leave Me This Way", Cary Gilbert "Don't Leave Me This Way", Pamela Sawyer "Love Hangover", Marilyn McLeod "Love Hangover", Gene McFadden "Back Stabbers", John Whitehead "Back Stabbers", David Paich "Lowdown", Bill Withers "She's Lonely", "She Wants To (Get On Down)", Larry Nash "She Wants To (Get On Down)", Domenico Modugno "Nel blu dipinto di blu (Volare)", Franz Xaver Gruber "Silent Night, Holy Night"
Interprète des chansons originales : Marlena Shaw "Don't Ask to Stay Until Tomorrow"
Interprètes des chansons préexistantes : Donna Summer "Try Me, I Know We can Make It", "Prelude to Love", "Could It Be Magic", Thelma Houston "Don't Leave Me This Way", Diana Ross "Love Hangover", The O'Jays "Back Stabbers", Boz Scaggs "Lowdown", Bill Withers "She's Lonely", "She Wants To (Get On Down)", Diane Keaton "Nel blu dipinto di blu (Volare)", "Silent Night, Holy Night"
Directeur artistique : Edward Carfagno
Décorateur : Ruby Levitt
Costumier : Jodie Lynn Tillen
Maquilleur : Charles Schram
Coiffeurs : Judith Corey, Susan Germaine
Monteur : George Grenville
Script : Marshall Schlom
Interprètes : Diane Keaton (Theresa Dunn), Tuesday Weld (Katherine Dunn), William Atherton (James Morrissey), Richard Kiley (Monsieur Dunn), Richard Gere (Tony Palonto), Alan Feinstein (le professeur Martin Engle), Tom Berenger (Gary), Priscilla Pointer (Madame Dunn), Laurie Prange (Brigid), Joel Fabiani (Barney), Julius Harris (Black Cat, le dealer), Richard Bright (George), LeVar Burton (Cap Jackson), Marilyn Coleman (Madame Jackson), Carole Mallory (Marvella), Mary Ann Mallis (la directrice), Jolene Dellenbach (une enseignante), Louie Fant (un enseignant), Eddie Garrett (le barman), Alexander Courtney (Arthur), Brian Dennehy (le chirurgien), Richard Venture (un médecin), Robert Burke (Patrick), Robert Fields (Rafe), Richard O'Brien (le père Timothy), Tony Hawkins (Chuck), Caren Kaye (Rhoda), Richard Spangler (le présentateur TV), Elizabeth Cheshire (Theresa petite), Marilyn Roberts (une femme au bar), R.J. Adams (un homme au bar), Rutanya Alda (l'enseignante sourde), Bob Harks (un client du bar), John Lafferty (un officier de police infiltré), Bill Willens (un prostitué au bar), Phil Chong