En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Dans une carrière particulièrement féconde – une trentaine de films comme metteur en scène, plus d'une centaine comme acteur –, Vittorio De Sica a signé quelques œuvres qui comptent parmi les classiques de l'histoire du cinéma, à commencer par Le Voleur de bicyclette. Même ses films de second plan portent la trace d'un créateur d'exception. Homme de spectacle, il est une des figures les plus représentatives de l'évolution du cinéma italien des années 30 aux années 70. Sa carrière a épousé les contradictions, les enthousiasmes, les abandons et les sursauts de courage qui ont caractérisé une époque tourmentée.

Vittorio De Sica, cinéaste ou comédien ?

Né en 1901 à Sora en Ciociaria, De Sica passe son enfance à Naples. En 1912, il suit sa famille à Rome et très tôt, parallèlement à ses études de comptable, il s'intéresse au théâtre. En 1923, il est engagé dans la compagnie de Tatiana Pavlova puis dans celle d'Italia Almirante Manzini. Dans ces années, De Sica commence également à faire du cinéma. C'est toutefois à partir du début des années 30, avec l'arrivée du parlant, qu'il devient rapidement un des acteurs les plus appréciés du public. Surtout à l'aise dans des comédies sentimentales qui permettent à ses dons de sympathie de s'exprimer pleinement, il est dirigé par de nombreux metteurs en scène : Mario Mattoli, Baldassare Negroni, Augusto Genina, Carmine Gallone, Raffaello Matarazzo... En 1943, il est associé aux débuts de Vittorio Cottafavi avec Nos rêves. C'est toutefois Mario Camerini qui lui donne ses meilleurs rôles dans des films où se mêlent harmonieusement sens du divertissement et satire subtile de la société italienne : Les Hommes, quels mufles !, Je donnerai un million, Monsieur Max, Les Grands magasins...

Vers le néoréalisme

Adulé du public, De Sica aurait pu continuer longtemps une heureuse carrière de comédien. Pourtant, il est aussi tenté par la réalisation. En 1939, il tourne son premier film, Roses écarlates, une comédie brillante qu'il interprète aux côtés de Renée Saint-Cyr. Il signe ensuite des films où se manifeste une exigence croissante, s'effaçant progressivement en tant qu'acteur pour se consacrer à la mise en scène. Madeleine, zéro de conduite est encore une comédie, mais, déjà, dans Mademoiselle Vendredi, pointent des traits plus aigus sur l'enfance malheureuse. Un garibaldien au couvent poursuit le mûrissement créatif dans un film en costumes. Mais c'est avec Les Enfants nous regardent (1942), comédie dramatique qui annonce les thématiques du mouvement néoréaliste, qu'il donne toute sa mesure. Le duo qu'il forme avec Zavattini (au scénario) est désormais prêt à affronter la prise en charge de la réalité douloureuse d'un pays martyrisé.

De Sica aborde les années d'après-guerre animé du profond désir de participer à la reconstruction morale de la société italienne. Il réalise alors ses films les plus célèbres, Sciuscià, Le Voleur de bicyclette, Miracle à Milan, Umberto D., tétralogie qui constitue un sommet du mouvement néoréaliste. De Sica y utilise toutes les ressources de la chronique, des personnages authentiques incarnés par des acteurs non professionnels, du décor naturel, mais il ne renonce pas pour autant au travail précis sur la forme et la construction de l'image, se servant au besoin des ressources du studio.

Toutefois, l'insuccès commercial condamne De Sica au compromis. Comme acteur d'abord – il accepte parfois des rôles indignes de son talent avec des cinéastes de second plan –, et tourne notamment pour Pagliero, Blasetti, Franciolini, Risi, Comencini ou Monicelli, réussissant, malgré les vicissitudes, à préserver une image d'une grande humanité. Comme cinéaste, aussi : dans les années 50, Station Terminus (1953) est un curieux hybride entre l'héritage néoréaliste et le romanesque hollywoodien porté par Jennifer Jones et Montgomery Clift. De Sica retrouve plus de liberté avec L'Or de Naples (1954), tournant pour la première fois dans la ville de son enfance, et revient ensuite, avec Le Toit, aux récits épurés du néoréalisme.

Sophia, et tous les autres

Avec La Ciociara (1960), De Sica réalise une adaptation sensible du roman de Moravia, qui évoque le viol d'une jeune femme et de sa fille par les tabors marocains de l'armée de libération. Autre grand film, Le Jugement dernier (1961) est un kaléidoscope de personnages confrontés à la perspective de la sentence universelle. Dans ces années, De Sica, pour le compte du producteur Carlo Ponti, se met souvent au service de Sophia Loren. Il dirige la comédienne dans La Loterie (épisode de Boccacce 70), Les Séquestrés d'Altona, Hier, aujourd'hui et demain, trois sketches destinés à mettre en valeur le couple Loren-Mastroianni que l'on retrouve dans Mariage à l'italienne, Les Fleurs du soleil, et enfin dans Le Voyage. De Sica signe aussi quelques films plus commerciaux (Le Renard s'évade à trois heures avec Peter Sellers, Sept fois femme avec Shirley MacLaine), et quelques œuvres mineures, comme un épisode des Sorcières qui réunit Silvana Mangano et Clint Eastwood, Un monde nouveau, maladroite mise en cause de l'avortement, ou Nous l'appellerons André, dénonciation superficielle de la pollution atmosphérique. Il ne retrouve ses qualités que par intermittence, avec Il boom, féroce satire de la société de consommation, Le Temps des amants, mélodrame sentimental pour une romance authentique entre Faye Dunaway et Mastroianni, Le Jardin des Finzi-Contini, évocation déchirante de la déportation des juifs de Ferrare, et Brèves vacances, portrait d'une ouvrière vivant une parenthèse heureuse dans son existence de privations. Après Le Voyage, dernier film aux tonalités prémonitoires, De Sica s'éteint en 1974 à Neuilly.

Parallèlement à son métier de cinéaste – où il se révéla un exceptionnel directeur d'acteurs, aussi à l'aise avec les non professionnels qu'avec les stars –, De Sica n'aura jamais interrompu sa carrière de comédien. Ainsi, on peut encore penser à Madame de... de Max Ophuls ou au Général Della Rovere de Roberto Rossellini.

Jean A. Gili

Dans les salles

Films, rencontres, conférences, spectacles

Du 29 janvier au 2 mars 2020

Les films

Vittorio de Sica acteur

Rencontres et conférences

Lundi
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
Dimanche

Partenaires et remerciements

20th Century Fox Home Entertainment (Houria Harkat), Artedis (Chantal Lam), Carlotta Films (Nora Wyvekens, Inès Delvaux), Centro Sperimentale di Cinematografia - Cineteca Nazionale (Maria Coletti, Laura Argento), Cinémathèque du Luxembourg (Marc Scheffen), Compass Film, Fondazione Cineteca di Bologna (Carmen Accaputo), Gaumont, Intramovies (Fabio Tucci), Istituto Luce Cinecittà (Marco Cicala), Istituto Italiano di Cultura di Parigi (Sandro Cappelli, Gaetano Carofiglio, Fabio Gambaro), Les Acacias (Pierre Veil), Les Films du Camélia (Charlotte Bolze), Les Films Sans Frontières (Christophe Calmels), Mediaset, Movietime (Barbara Varani), RIPLEY'S FILM Srl (Angelo S. Draicchio), Surf Film, Tamasa Distribution (Clara Giruzzi), Titanus (Guido Lombardo), VIGGO Srl (Cosma Bonasia).

Avec le soutien de

Istituto Italiano di Cultura Parigi Cinecitta Luce Centro Sperimentale di Cinematografia - Cineteca Nazionale