En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

La littérature française dans le cinéma mexicain

La Cinémathèque propose une programmation originale, conçue par Carlos Fuentes à l’occasion de la présence du Mexique comme pays invité d’honneur du Salon du livre en 2009.

Nul doute que depuis l’irruption de réalisateurs comme Alejandro González Iñárritu, Guillermo del Toro et Alfonso Cuarón, le Mexique est de plus en plus présent dans le panorama du cinéma mondial, en regard de la reconnaissance actuellement témoignée au Mexique dans les festivals de cinéma français, de même qu’il est souvent fait allusion à son âge d’or, période située approximativement entre 1940 et 1958. Le cinéma français a toujours été présent au Mexique et le Mexique a toujours été très bien accueilli dans les festivals de cinéma français.

Le cinéma mexicain a vécu une longue aventure depuis que deux représentants des frères Lumière, Gabriel Veyre et Ferdinand Bon Bernard, présentèrent le 14 août 1896 la première projection cinématographique au Mexique. Plus d’un siècle a passé et la France n’a cessé d’être présente de différentes manières sur les écrans mexicains.

La culture française comme référence fin XIXe et début XXe

La France et le Mexique se sont aimantés l’un l’autre. A la fin du XIXe siècle et au cours des premières décennies du XXe, la culture française constituait au Mexique la référence première dans des domaines aussi divers que le droit et la médecine, sans oublier la littérature et l’art.

Les œuvres d’Alexandre Dumas, Victor Hugo, Guy de Maupassant et Emile Zola furent adaptées au Mexique lorsque le cinéma naissant renforçait ses fondations tant dans la littérature romantique que dans la comédie de boulevard, mais aussi dans le roman feuilleton, le récit épique, la chronique historique et le roman d’aventures. Des personnages comme Edmond Dantès, D’Artagnan, Jean Valjean, Emma Bovary et Nana peuplèrent les esprits des lecteurs mexicains, trouvant une représentation concrète sur les écrans.

Une vingtaine de livres français adaptés dans le cinéma mexicain

Les adaptations mexicaines donnèrent des résultats contrastés : des films les plus anodins jusqu’à des œuvres de grande valeur cinématographique. Dans les années trente s’est distingué La Femme du port d’Arcady Boytler, œuvre partiellement inspirée d’un récit de Maupassant. Dans les années quarante ont suivi Les Misérables de Fernando A. Rivero et Le Comte de Monte-Cristo de Chano Urueta. Furent également portées à l’écran les œuvres de Balzac, Daudet et Verne, entre autres. Pendant ce temps, la littérature mexicaine dialoguait fructueusement avec la littérature française et le Mexique exerçait une forte attraction sur le mouvement surréaliste, dirigé par André Breton.

Parmi plus de vingt adaptations existantes de la littérature française dans le cinéma mexicain, Carlos Fuentes propose aujourd’hui une sélection dans laquelle son regard critique n’est pas dénué d’humour. Cette révision, qui présente des films jamais projetés en France, ouvre une fenêtre nouvelle sur le dialogue interculturel. Le travail de restauration réalisé par l’Institut Mexicain de Cinématographie (IMCINE) et la Filmothèque de l’Université Nationale Autonome du Mexique nous présente des copies neuves de plusieurs de ces films.

Jaime Moreno Villarreal

Infos pratiques

Tarifs

  • Plein tarif 7 €
  • Tarif réduit 5,50 €
  • Moins de 18 ans 4 €
  • Carte Ciné Famille Adultes 5 €
  • Carte Ciné Famille Enfants 3 €
  • Libre Pass Gratuit

Formules d'abonnement

La Cinémathèque en illimité !
Carte amortie à partir de deux séances par mois.

Invitations et réductions pour toute la famille durant toute une année.

La Cinémathèque en illimité, à deux !
Nouveau 

6 places de cinéma à utiliser en toute liberté, seul ou accompagné.

Dans les salles

Films, rencontres, conférences, spectacles

Du 18 au 30 mars 2009

Les films

Rencontres et conférences