En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

5 films sur la danse

Clara Perrichon - 14 avril 2021

Bien avant la chorégraphie de Louis de Funès dans Les Aventures de Rabbi Jacob (Gérard Oury, 1973), des comédiens avaient déjà souvent dansé devant la caméra. Des danses serpentines colorées aux ensorcelants Chaussons rouges (Michael Powell et Emeric Pressburger, 1948), de l'endiablé Cake-walk infernal (Georges Méliès, 1903) à l'entraînant Transport en commun (Dyana Gaye, 2009) : la danse anime le grand écran. À travers cette sélection de cinq films, entrez dans la ronde et laissez-vous surprendre par des chorégraphies drôles, magiques, festives ou émouvantes.

Le Roi du Charleston (Charley Bowers, 1926)

Le Roi uu Charleston - Fatal Footsteps - Charley Bowers

Un cours de danse classique avec Laurel et Hardy dans Maîtres de ballet (Malcolm St. Clair, 1943) ou une chorégraphie sur patins dans Les Temps modernes (Charlie Chaplin, 1936) : les acteurs burlesques ont souvent utilisé leur corps élastique et rebondissant pour faire quelques pas de danse. Avec M. Bricolo, son personnage aussi loufoque que maladroit, Charley Bowers s'est lui aussi prêté au jeu. Dans Le Roi du Charleston, il a bien l'intention de gagner le grand concours de danse pour épouser la senorita Pepita Tumafol. Pour parvenir à ses fins, Bricolo va devoir faire preuve d'inventivité et fabriquer un objet des plus farfelus. Des chaussures qui dansent et un poisson qui pratique le charleston : tout est permis dans ce film mêlant animation et prises de vues réelles. De surprise en surprise, bonne humeur garantie avec ce danseur sautillant qu'est Charley Bowers.

Fantasia (Walt Disney Productions, 1940)

Fantasia - Disney

Pour ce nouveau dessin animé, Walt Disney a voulu faire un film différent, sans parole et sans véritable histoire pour « entendre les images et voir la musique ». Dans Fantasia, ce ne sont pas seulement les personnages qui dansent, mais les images elles-mêmes qui s'animent en suivant les musiques classiques jouées par l'Orchestre de Philadelphie. Regardez bien, et vous y verrez de drôles d'hippopotames en tutu, des autruches sur pointes, et des alligators qui font des pas de danse ! Pour les plus jeunes spectateurs, il est possible de ne regarder qu'un court métrage parmi les sept qui composent le film. Le féérique Casse-Noisette, où les danses des fées, des champignons, des fleurs et des poissons se succèdent comme dans un ballet, saura les enchanter.

Inspiration (Karel Zeman, 1949)

Inspiration - Karel Zeman

Qu'il s'agisse de faire danser des petits pains (La Ruée vers l'or, Charlie Chaplin, 1928) ou des personnages en papier (Bergère qui danse, Michel Ocelot, 1992) : tout est possible avec le cinéma. Alors, tel M. Bricolo et ses drôles d'inventions, le réalisateur tchèque Karel Zeman a eu une idée un peu folle, mais très jolie : faire entrer sa caméra dans une goutte d'eau. Et que découvre-t-on à l'intérieur de cet univers microscopique ? Des figurines de verre qui s'animent ! Dans ce monde magique d'eau et de glace, Pierrot et Colombine prennent vie et nous offrent une chorégraphie féérique. Que l'on soit petit ou grand, on s'émerveille toujours autant devant les glissades, pirouettes et sauts de cette patineuse hors du commun.

Un Américain à Paris (Vincente Minnelli, 1951)

UN AMERICAIN A PARIS

La danse au cinéma, c'est aussi les comédies musicales ! Chantons sous la pluie (Stanley Donen et Gene Kelly, 1952), Tous en scène (Vincente Minnelli, 1953) ou encore Les Demoiselles de Rochefort (Jacques Demy, 1967) : elles sont nombreuses à nous entraîner avec leurs musiques et leurs numéros de danse spectaculaires. Dans Un Américain à Paris, on peut voir Gene Kelly et Leslie Caron danser dans le Paris de la Belle Époque. Et comme le réalisateur Vincente Minnelli était aussi dessinateur et décorateur, il voulait avoir de très beaux décors : c'est pour cela que dans le ballet final les rues ressemblent à des tableaux de peintres comme Renoir et Toulouse-Lautrec. Il aura fallu près d'un mois de tournage pour réaliser cette grande scène de 18 minutes de danse ! On peut y voir de surprenants numéros de claquettes et des chorégraphies avec de nombreux et magnifiques costumes colorés.

Billy Elliot (Stephen Daldry, 1999)

Billy Elliot

Hommage aux grandes comédies musicales hollywoodiennes, aux danseurs et acteurs Fred Astaire et Gene Kelly, Billy Elliot est un film sur la liberté d'être qui on veut. Dans le nord de l'Angleterre, un petit garçon prend des cours de boxe, comme tous les autres garçons de son âge. Mais ce qu'il aime en secret, c'est danser ! S'il veut prouver à son père et à son frère que la danse classique n'est pas réservée aux filles, il va devoir travailler dur. Grâce à la danse, il va apprendre à s'exprimer et à voler de ses propres ailes. Combats de boxe, chorégraphies classiques ou numéros de claquettes : Stephen Daldry les filme avec la même énergie.


Clara Perrichon est volontaire en service civique à la Cinémathèque française.