En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

La caméra numérique et son incidence sur l’esthétique du cinéma.
Conférence de Danys Bruyère

4 mai 2018

L'art cinématographique a connu depuis la fin des années 1890 au moins trois bouleversements violents qui ont modifié en profondeur son économie, sa technique et, surtout, son esthétique : le passage au sonore, la couleur, le numérique... Avec l'évolution des équipements numériques de tournage à partir de la fin des années 1990, le cinéma tel qu'on le connaissait s'est dirigé nolens volens vers d'autres formes, d'autres styles et d'autres potentialités aussi. Extraits de films, repères historiques et exemples techniques concrets à l'appui, cette conférence traite de l'évolution de l'art cinématographique en rapport avec la rapide progression des caméras numériques et de leurs capteurs. Il s'agira de parler aussi de ce qui a changé dans la profondeur de champ, l'éclairage, les objectifs, les couleurs, les mouvements, ainsi que de l'impact des nouvelles technologies sur les équipes de tournage et leur incidence sur la fabrication même des films... La course folle vers la meilleure définition possible de l'image est-elle encore pertinente ou bien celle-ci est-elle passée au second plan pour explorer les innovations qui nous attendent avec les technologies HFR et HDR ? La qualité du film 65 mm est-elle enfin égalée ? Le regard du spectateur a t-il lui aussi été modifié ? Comment se dessine le cinéma de demain à la lumière de ces évolutions technologiques ?


Après des études en cinéma à l'Université Concordia de Montréal, Danys Bruyère devient technicien spécialisé sur les systèmes de montage virtuels de l'image et du son. Après avoir travaillé sur une dizaine de longs métrages et plus de 100 films publicitaires, ses connaissances approfondies des caméras et des systèmes de montages virtuels le conduisent à œuvrer avec la société Aaton. Il rejoint ensuite le groupe TSF pour accompagner la clientèle dans la transition du photochimique vers le numérique. Il participe aux premiers tournages expérimentaux avec enregistrement sur disques durs dès 2003 et crée, avec quelques collègues, le métier de DIT (digital imaging technician) tel qu'il existe aujourd'hui.