En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

jeudi 21 mars 2019, 19h30

Salle Henri Langlois

19h30 → 21h00 (87 min)
En l'absence exceptionnelle de Jean Douchet, il n'y aura pas de discussion après le film.

Le Bateau-phare
The Lightship
Jerzy Skolimowski
États-Unis / 1985 / 87 min

Avec Klaus Maria Brandauer, Robert Duvall.

Dans les années 1950, le capitaine d'un bateau-phare au passé douteux et en conflit avec son fils, un adolescent rebelle, recueille à son bord des gangsters en fuite.

Film restauré en 4K par l'Atelier d'images et Malavida avec Titra Film. Ressortie en salles par Malavida le 10 avril 2019.


Unique film véritablement américain de Jerzy Skolimowski, cinéaste habitué aux productions apatrides, Le Bateau-phare entretient une relation ambiguë avec sa terre d'accueil. C'est un film qui reste au large du système hollywoodien comme de son territoire, puisque l'essentiel de l'action se déroule en mer. Skolimowski s'acquitte de la commande (un film noir hustonien, presque un remake de Key Largo, 1948) tout en signant un film très personnel. Un de ses premiers scénarios, Le Couteau dans l'eau de Roman Polanski (1963), était déjà un huis-clos maritime. Et selon la règle des tournages confinés, l'histoire du film a contaminé sa fabrication, marquée par des affrontements entre Klaus Maria Brandauer et Jerzy Skolimowski, à l'image des rivalités d'ego entre l'impossible capitaine Miller et son ennemi à l'écran, Calvin Caspary (Robert Duvall). De même, la ressemblance physique entre Skolimowski et Brandauer n'est pas fortuite, puisque ce dernier joue le père de Michael Lyndon, fils du cinéaste. En adoptant un académisme de façade et sans trop se soucier des conventions du genre, le cinéaste a préservé l'énergie et la tension de ses plus grandes réussites : les contingences de la réalité ont toujours nourri son art.

Olivier Père