En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

samedi 16 mars 2019, 17h45

Cinéma Reflet Médicis Hors les murs

17h45 → 19h25 (99 min)
Séance présentée par Balthazar Clémenti

Trois films retrouvés, réalisés par Pierre Clémenti. Trois diamants bruts, trois symphonies d'images muettes, trois « serpents multicolores ».


En 1970, à Rome, eut lieu une rencontre entre Pierre Clémenti, Miklós Jancsó, Jean-Marie Straub, Glauber Rocha, Simon Hartog. Parmi les sujets évoqués, les vertus ou limites des pratiques démocratiques désormais rendues possibles par l’existence et la popularisation des des « petites caméras », dont Pierre Clémenti, inspiré par les diaristes visuels Etienne O’Leary, Andy Warhol, Jonas Mekas, est non seulement l’un des plus grands praticiens mais aussi farouches défenseurs. « Quand les gens voient un film, ils s’identifient aux stars, et sortent des salles imprégnés de cette influence. Lorsqu’ils commenceront à tourner avec leur propre caméra, à filmer leur propre famille, leur maison, leur travail, quelque chose alors se passera ; ils découvriront que ce n’est pas ainsi au cinéma. (…)Je pense que les caméras Super 8 ou 16mm leur permettent de réaliser tous les films qu’ils désirent et, ne serait-ce que pour cette raison, le cinéma underground est révolutionnaire. Le cinéma underground est positif en ce sens qu’il libère, qu’il déclenche quelque chose dans la conscience humaine. » (in Cinéma / Politique, Bruxelles, éd. Labor, 2005).
Longtemps endormies dans les réserves du Centre Pompidou, les bobines tournées par Pierre Clémenti avec sa Beaulieu furent réveillées en 2009 par Balthazar Clémenti qui en sélectionne trois après 22h de visionnage et les intitule en fonction des indications laissées par son père. Il les confie à trois cinéastes expérimentaux qui s’attelèrent à les restaurer en argentique : la 27, désormais intitulée « Souvenir souvenir… » ; la 30B01, « Positano » ; la « J », ou « Deuxième femme ».
Antoine Barraud, qui les connaît donc photogramme par photogramme, en décrit ainsi la plastique et les motifs : « Véritables dentelles d’images, délicates et fiévreuses comme un journal intime qu’on griffonne, qu’on déchire, qu’on réécrit avec passion à l’infini, ces films-bobines, ces pellicules-poèmes enfin retrouvées sont plus qu’un complément, une éclatante confirmation de l’ampleur de son œuvre intime. Famille, tournages, mise en scène d’un instant, tableaux vivants, folies de la nuit, fulgurance de l’amour, liberté des corps : ce sont des années de travail passionné qui irradient devant nos yeux. »

Nicole Brenez


Pierre Clémenti
France / 1968 / 27 min / DCP

Avec Marc'O, Pierre Clémenti, Bulle Ogier, Jean-Pierre Kalfon.


Pierre Clémenti
France / 1978 / 48 min / DCP

Avec Udo Kier, Pierre Clémenti, Philippe Garrel, Bernard Lavilliers, Nico.


Pierre Clémenti
France / 1969 / 24 min / DCP

Avec Tina Aumont, Pierre Clémenti, Philippe Garrel, Valérie Lagrange.


Ajouter 2019-03-16 17:45:00 2019-03-16 19:24:00 Europe/Paris Souvenirs souvenirs / La Deuxième femme / Positano Souvenirs souvenirs La Deuxième femme Positano Salle Cinéma Reflet Médicis - La cinémathèque française - 51 Rue de Bercy, 75012 Paris La cinémathèque française contact@cinematheque.fr