En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

jeudi 14 mars 2019, 18h30

Salle Jean Epstein

18h30 → 20h05 (93 min)
Séance présentée par Gian Luca Farinelli et Franco Maresco (sous réserve). Réservé à un public averti.

Toto qui vécut deux fois
Totò che visse due volte
Daniele Ciprì, Franco Maresco
Italie / 1998 / 93 min / DCP / VOSTF

Avec Salvatore Gattuso, Marcello Miranda, Carlo Giordano.

À Palerme, trois sketches grotesques et irrévérencieux, où sexualité côtoie tradition et religion.

Restauré par Cineteca di Bologna en collaboration avec Ila Palma, à partir du négatif image et son.


Deuxième film de Daniele Ciprì et Franco Maresco, après L’Oncle de Brooklyn rappelé explicitement dans l’incipit, Totò qui vécut deux fois est immédiatement victime de censure. La projection du film est dès lors interdite car jugé trop dégradant pour « la dignité du peuple sicilien, du monde italien et de l’humanité ». Suite à une décision en appel, le jugement est allégé : le film est interdit seulement – façon de parler – au moins de 18 ans. Cependant, cette petite victoire n’aide pas le film à sortir de la niche où il était relégué. Il reste quasiment impossible pour la majeure partie du public de le voir en salle. La version restaurée que nous présentons aujourd’hui, vingt ans plus tard, lorsque Ciprì et Maresco sont désormais deux auteurs classiques du cinéma italien, permet enfin de restituer cette œuvre en partie méconnue.
Emiliano Morreale notait : « Par rapport au cinéma italien des années 1990, Totò semble arriver de très loin, avec son air des années 1950 mais sans s’inquiéter des mœurs de l’époque ». Il y a d’ailleurs une raison à cet air rétro : cette résistance à la modernité et à l’homologation que le monde évoqué dans le film revendique, avec ses mouvements presque démodés dans un univers de sons, d’actions et de causes qui paraissent vraiment de science-fiction. La figure de l’homme nu avait disparu non seulement du cinéma italien et les pulsions élémentaires des personnages du film sont bien loin des psychanalystes engagés et des jeunes chômeurs. Faim de sexe, de nourriture, un dialecte mélodieusement obscène et une religiosité charnelle au bord du blasphème. Ciprì et Maresco sont vraiment, comme Bernardo Bertolucci les a décrits, « deux grands maniéristes de Palerme ». »

Gian Luca Farinelli


Ajouter 2019-03-14 18:30:00 2019-03-14 20:03:00 Europe/Paris Toto qui vécut deux fois Toto qui vécut deux fois Salle Salle Jean Epstein - La cinémathèque française - 51 Rue de Bercy, 75012 Paris La cinémathèque française contact@cinematheque.fr