En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

samedi 16 mars 2019, 13h45

Cinéma Reflet Médicis Hors les murs

13h45 → 15h35 (110 min)
Séance présentée par Carole Aurouet

Marcel Carné
France-Italie / 1954 / 110 min / DCP
D'après le roman La Choutte de Jacques Viot.

Avec Jean Gabin, Arletty, Roland Lesaffre.

Ancien boxeur devenu entraîneur, Victor Le Garrec décèle un talent prometteur chez le jeune André Ménard. Il décide de le prendre sous son aile pour qu’il puisse passer professionnel. Mais sa carrière est compromise par sa rencontre avec la jolie Corinne.

Restauration en 4K à partir du négatif original par Studio Canal avec l'aide du CNC (Laboratoire L'Image retrouvée). Avec réintégration de la chanson d'Yves Montand en début de programme sur noir image en pré-générique.


Dans son autobiographie, La Vie à belles dents, Marcel Carné confie son désir de réaliser un film sur le milieu de la boxe pour « évoquer l’existence courageuse des jeunes amateurs qui, ayant à peine achevé leur travail souvent pénible la journée, se précipitent dans une salle d’entraînement pour « mettre les gants » et combattre ». Pour cela, il fréquente la salle Wagram et celle du Central de la rue du Faubourg Saint-Denis qui deviendra le décor du combat majeur du film. Roland Lesaffre, dans le rôle du jeune boxeur André Ménard, n’est pas doublé pour l’ultime combat de boxe (au cours duquel il doit affronter Séraphin Ferrer, champion d’Europe de l’époque), un combat qui accapare l’équipe de tournage pendant quatre jours. Le film adopte ainsi une esthétique naturaliste et propose quelques plans documentaires du marché des Halles. À travers sa galerie de personnages secondaires, Carné montre différentes couches de l’immigration à Paris, de l’entraîneur breton aux épiciers italiens, en passant par une rapide immersion dans un café-hôtel uniquement fréquenté par des Algériens. En plus de cette peinture du milieu parisien, Carné propose une histoire d’amour entre un prolétaire et une femme du monde. Par ailleurs, pour ce film, le cinéaste choisit de réunir à l’écran Jean Gabin et Arletty quinze ans après Le jour se lève, où ils jouent un couple (l’entraîneur et sa femme) ne partageant pas la même vision de leurs vieux jours. L’une des plus belles répliques du film est donnée à Gabin qui tente de rassurer son jeune poulain en lui rappelant que « l’important est ce que nous faisons de ce qu’on a fait de nous ».

Sarah Ohana


Ajouter 2019-03-16 13:45:00 2019-03-16 15:35:00 Europe/Paris L'Air de Paris L'Air de Paris Salle Cinéma Reflet Médicis - La cinémathèque française - 51 Rue de Bercy, 75012 Paris La cinémathèque française contact@cinematheque.fr