En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

dimanche 17 mars 2019, 14h15

Salle Henri Langlois

14h15 → 16h50 (153 min)

Jerzy Skolimowski
Pologne / 1965 / 78 min

Avec Jerzy Skolimowski, Elżbieta Czyżewska.

Andrzej Leszczyc, ancien boxeur, retrouve par hasard une femme qui l'a jadis trahi. Elle l'invite à l'accompagner dans sa journée et il en tombe amoureux. Mais une vieille connaissance le convainc de remonter sur le ring.

Film restauré en 4K par Kadr Film Studio dans le cadre du programme Polish Film Classics, à partir du négatif 35 mm original. Ressortie en salles par Malavida le 10 avril 2019.


Dans le prolongement de son premier film, Signes particuliers : néant, Jerzy Skolimowski écrit et réalise Walkover en 1965, en République populaire de Pologne, encore sous contrôle soviétique. Influencé par une Nouvelle Vague naissante en Europe, en France comme dans les pays de l'Est, dont il sera l'un des maîtres d'œuvre, le cinéaste poursuit sa déambulation en reprenant son personnage principal, qu'il interprète lui-même. Andrzej, trentenaire charismatique et indomptable, semble vivre sans illusions, refusant de participer à un monde qui ne lui convient pas, ne se reconnaissant ni dans le « peuple travailleur », ni dans la peau du boxeur qu'il était jadis. Sous le charme de Teresa, ancienne étudiante en polytechnique, sur le chemin de la réussite, il l'accompagnera et remontera sur le ring. Au détour d'une conversation, un faux prêtre un peu dérangé l'encourage à se confesser. À la question : « Quelles fautes avoue-t-on d'habitude ? », l'homme répondra : « De ne plus croire en rien, ou d'être coupable de la mort d'un autre. » Ainsi, en donnant souvent la parole aux fous, aux bureaucrates et aux situations absurdes, Jerzy Skolimowski fait cheminer ce jeune couple polonais dans Płock, ville en devenir, qui semble davantage se déconstruire, offrant des paysages chaotiques, industriels et désenchantés. Leurs égarements sont des longs plans-séquences, inventifs et élaborés. Le montage et les raccords sont à contre-courant des règles établies, les regards caméras surprenants et les dialogues impertinents. Walkover annonce la puissance du cinéma de Skolimowski, un crochet du gauche qui encore aujourd'hui laisse des traces.

Hervé Pichard


75 min

À la suite de la projection de Walkover (1965), Jerzy Skolimowski reviendra sur les différentes phases de sa carrière et sur son parcours en Pologne, en Belgique, en Angleterre ou aux États-Unis.

« Dans mes films, le sport, les performances, les actions physiques des personnages apportent de la réalité. Tout comme les voitures, les animaux, les machines. J'ai besoin de ces éléments tangibles. Après, je travaille sur des perspectives, des contrepoints ironiques. J'utilise la réalité pour la rendre irréelle, j'y ajoute des éléments surréalistes, humoristiques pour déstabiliser le spectateur. » (Jerzy Skolimowski, cité dans Jerzy Skolimowski, signes particuliers, éditions Yellow Now, 2013)


Ajouter 2019-03-17 14:15:00 2019-03-17 16:48:00 Europe/Paris Walkover / Master class de Jerzy Skolimowski Walkover Master class de Jerzy Skolimowski Salle Salle Henri Langlois - La cinémathèque française - 51 Rue de Bercy, 75012 Paris La cinémathèque française contact@cinematheque.fr