En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

vendredi 22 mars 2019, 14h30

Salle Henri Langlois

14h30 → 16h00 (88 min)

Jerzy Skolimowski
Belgique / 1967 / 88 min / DCP

Avec Jean-Pierre Léaud, Catherine Duport, Jacqueline Bir, Paul Roland.

Marc, 19 ans, garçon coiffeur bruxellois, a une passion : les voitures rapides. Après s'être inscrit à un rallye, il découvre que la Porsche qu'il comptait discrètement emprunter à son patron ne sera pas en ville le jour de la course. Il lui reste 48 heures pour en trouver une autre. Dans cet intervalle, il rencontre une jeune fille, Michèle.

Restauration 2K financée par Malavida et réalisée par Titra films, à partir d'un fichier réétalonné et validé par Willy Kurant.


En 1966, Jerzy Skolimowski présente son troisième long métrage, La Barrière, au festival de Bergame, où il remporte le Grand prix. Il y fait aussi la connaissance de Bronka Ricquier, une Polonaise cinéphile installée en Belgique, mariée à éditeur de revues automobiles, qui lui propose de participer au financement de son prochain film. Pour Skolimowski, figure de proue avec Roman Polanski du jeune cinéma polonais, c'est l'occasion de tourner pour la première fois hors de son pays. Son coscénariste Andrzej Kostenko et lui se lancent alors dans l'écriture d'un récit situé dans une décharge, intitulé (à en croire le cinéaste) Le Dépotoir. En route pour la Belgique, Skolimowski, insatisfait du scénario encore inachevé, saute soudain sur une autre idée – que Kostenko et lui passeront les jours suivants à développer sous l'étroite surveillance de leur productrice furieuse. Tourné en trois semaines dans les rues de Bruxelles par un cinéaste qui ne parle pas la langue de ses acteurs, Le Départ est fidèle aux instincts de son auteur, « poète et boxeur » porté par le goût du jeu et de l'engagement physique : film de l'élan, du coq-à-l'âne et de la dépense sans compter (au risque assumé de la dispersion), ouvert à l'instant et aux bifurcations possibles qui s'y logent, il est en pleine affinité d'esprit avec le jazz free de sa bande-son, dû à un musicien essentiel, Krzysztof Komeda. Sur l'écran, cet élan est porté par une silhouette familière, celle de Jean-Pierre Léaud, plus burlesque que jamais, saisi d'accélérations imprévisibles, d'arrêts brusques et de redémarrages soudains. Et il faut attendre la ligne d'arrivée pour comprendre que, tout capricant qu'il soit, Le Départ savait magnifiquement où il voulait aller.

Nicolas Le Thierry d'Ennequin