En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

vendredi 10 mai 2019, 20h00

Salle Henri Langlois

20h00 → 21h35 (93 min)
Copie altérée (couleurs virées, point fluctuant)

Freddie Francis
Grande-Bretagne / 1969 / 93 min / 16mm / VOSTF

Avec Joan Crawford, Michael Gough, Bernard Kay.

Un groupe de spéléologues découvre un troglodyte dans une caverne. Ils vont tenter de l'étudier et de le domestiquer. Un industriel sans scrupules, spéculant sur cette incroyable découverte, va réveiller la violence de l'être mi-homme mi-singe.

Trapéziste et Troglodyte
Les deux derniers films de Joan Crawford

Les deux derniers films pour le cinéma de Joan Crawford auront donc été produits par Herman J. Cohen. Celui-ci, né en 1925 à Detroit dans la Michigan s'était fait une spécialité, dans les années 1950, des films d'horreur parodiques avec des titres comme Bela Lugosi meets a Brooklyn Gorilla (1952) ou en créant la série des I was a teenage... avec I Was a teenage Frankenstein et I Was a Teenage Werewolf (1957). Il s'installe en Angleterre en 1959 et produit notamment des films comme Crimes au musée des horreurs d'Arthur Crabtree et Konga, sorte de remake cheap de King Kong. On peut mettre à son crédit une intéressante variation sur le personnage de Sherlock Holmes avec Sherlock Holmes contre Jack l'éventreur réalisé par James Hill en 1965. À la fin des années 1960, Joan Crawford tout en étant rentrée au panthéon des grandes stars de l'histoire de Hollywood ce qui lui vaut de nombreuses invitations dans des talk shows télévisés a besoin de tourner pour des raisons tout à la fois économiques et narcissiques. Après deux films de William Castle, elle apparait, carburant jour et nuit à la vodka cachée dans une bouteille de Pepsi-Cola selon divers témoignages, dans ces deux productions Herman Cohen tournées, à vil prix, en Grande Bretagne en 1967 et 1969.

Dans Le Cercle de sang, elle y est la directrice d'un cirque au sein duquel sont commis une série de meurtres. Le film est surtout l'occasion d'opposer son personnage à celui de sa fille incarnée par Judy Geeson. Ce conflit de générations à base de rivalité sexuelle, écho dégénéré du Roman de Mildred Pierce, et situation déjà utilisée dans La Meurtrière diabolique de Castle, est caractéristique de l'évolution des figures incarnées par Crawford.

Dans Trog (ou L'Abominable homme des cavernes) elle incarne une scientifique essayant de domestiquer un homme des cavernes, chainon manquant de l'humanité, retrouvé dans une grotte souterraine. « Je n'ai jamais joué de scientifique ou de docteur, dira-t-elle pour justifier ce qui a pu passer pour un choix un peu extravagant, j'ai pensé que ce serait amusant de le faire. » A vous de voir.

Jean-François Rauger