En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Monsieur Prokouk acrobate
Monsieur Prokouk acrobate

mercredi 15 mai 2019, 15h00

Salle Henri Langlois

15h00 → 15h35 (35 min)

Quel cirque !

Quel cirque ! ou une séance de courts métrages qui déploie un univers fantaisiste, fait de jouets, de clowns et de cabrioles.
Poésie, facétie et inventivité sont les maîtres-mots de ce programme où l'on pourra apprécier l'inventivité des grands noms du cinéma d'animation tchèque avec trois films : Le Petit parapluie de Břetislav Pojar (1957), Deux cœurs en piste de Zdeněk Ostrčil (1983) et Monsieur Prokouk acrobate écrit par Karel Zeman (1959).  


Bretislav Pojar
Tchécoslovaquie / 1957 / 15 min / DCP / VF

À minuit, une fois les lumières des maisons éteintes, un lutin descend du ciel étoilé à l'aide d'un parapluie magique et pénètre dans une chambre d'enfant. Les jouets prennent vie et se lancent dans un spectacle éblouissant.


Deux coeurs en piste
Komu patrí její srdce
Tchécoslovaquie / [1983] / 9 min / DCP / VF

Dans un cirque ambulant, une jeune acrobate et un clown sont amoureux, mais le reste de la troupe étant très jaloux, il leur faudra surmonter bien des épreuves avant que leur amour ne soit accepté ! La morale de l'histoire ? Ne pas se laisser abattre, aimer, rester insouciant, avec une saine dose d'irrévérence.


Monsieur Prokouk acrobate
Pan Prokouk akrobatem
Zdenek Rozkopal
Tchécoslovaquie / 1959 / 11 min / DCP / VF

Scénario et idée originale de Karel Zeman.

Le cirque plein d'originalité de Monsieur Prokouk arrive en ville. Il en est le clou du spectacle, avec un numéro très impressionnant de patinage avec un lion. Mais le lion avale son fameux chapeau ! Pour Zeman, le cinéma est avant tout poésie. Et si, dans les films de cirque, le petit monde qui vibre autour du chapiteau symbolise le monde entier, le cirque de Monsieur Prokouk acrobate semble être une belle représentation de l'ambiance collégiale du studio de Zeman à son apogée.