En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

samedi 8 décembre 2018, 15h00

Salle Georges Franju

15h00 → 17h20 (140 min)
Accompagnement musical par Baptiste-Florian Marle-Ouvrard
Fermeture exceptionnelle. Séance annulée

Jean Epstein
France / 1923 / 80 min / 35mm / INT.FR.
D'après la nouvelle « L'Auberge rouge » d'Honoré de Balzac.

Avec Léon Mathot, Gina Manès, Pierre Hot.

Un jeune médecin est accusé d'un crime commis dans une auberge où il a séjourné.


60 min

« Si j'ai obligé mes acteurs de L'Auberge rouge à ces gestes lents, à cette allure de vie un peu rêveuse, c'est justement par recherche d'un rythme psychologique convenable au roman de Balzac. » (Jean Epstein)

L'œuvre écrite d'Honoré de Balzac, cette œuvre immense à plus d'un titre, a attiré réalisateurs et scénaristes de tout pays et dès le temps où le cinéma était muet. Pourquoi d'emblée cet engouement (qui n'a cessé de se confirmer) du septième art : fascination d'un art narratif pour une forme littéraire parvenue à un haut degré d'accomplissement ? Et aussi, en quoi les romans de La Comédie humaine sont-ils « pré-cinématographiques » ?

Table ronde avec Anne-Marie Baron, Xavier Giannoli et Jean-François Rauger.


Anne-Marie Baron est présidente de la société des Amis d'Honoré de Balzac et de la Maison de Balzac, critique de cinéma sur RCJ 94.8 et sur le blog de L'École des lettres, auteure de plusieurs essais sur Balzac et sur le cinéma. Après son Balzac et la Bible (éd. Honoré Champion, 2007), son dernier essai en date est Balzac occulte : Alchimie, magnétisme, sociétés secrètes (L'Âge d'homme, 2014). Auteure de Balzac cinéaste (Méridiens-Klincksieck, 1990) et de Romans français du XIXe siècle à l'écran : Problèmes de l'adaptation (Presses de l'université Blaise-Pascal, 2008), elle prépare pour 2019 un numéro de la revue CinémAction sur Balzac à l'écran.

Xavier Giannoli est cinéaste. Depuis Les Corps impatients en 2003, il a réalisé sept longs métrages, dont Quand j'étais chanteur, À l'origine, Marguerite et L'Apparition. Il rêve d'adapter au cinéma les Illusions perdues d'Honoré de Balzac.

Jean-François Rauger est le directeur de la programmation de la Cinémathèque française.