En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

vendredi 22 février 2019, 20h00

Salle Henri Langlois

20h00 → 21h20 (79 min)

Angel Guts: Red Classroom
天使のはらわた 赤い教室 [Tenshi no harawata: Akai kyoshitsu]
Chusei Sone
Japon / 1979 / 79 min / 35mm / VOSTF

Avec Yuki Mizuhara, Minako Mizushima, Keizo Kanie.

Obsédé par une actrice découverte dans un film pornographique contenant une perturbante séquence de viol, Muraki décide de la rencontrer. Une étrange relation se noue jusqu'à ce qu'il découvre que l'agression était bel et bien réelle.

Si l’art n’est jamais chaste, celui en provenance du Soleil-Levant a permis de découvrir un nouveau visage de l’érotisme, mélangeant l’expression réaliste de l’œuvre de chair à une très grande beauté plastique. Cette articulation, parfois difficile à concevoir en Occident, devait tout naturellement survivre dans le Septième Art japonais et même se segmenter sous l’impulsion du cinéma d’exploitation. Des films de pêcheuses de perles produits par la Shintoho des années 50 jusqu’au marché de la vidéo pornographique, plusieurs sous-genres se sont ainsi développés dans l’histoire de sa production, morcelant, comme autant de toiles de maître, le sexe et ses substituts.
De maîtres, il est bien sûr question avec Angel Guts : Red Classroom de Chusei Sone : chef-d’œuvre absolu du Roman Porno réalisé au crépuscule des années 70 par un des spécialistes du genre. Perturbé par une séquence de viol, au rythme d’une envoûtante musique électronique, lors d’une projection clandestine, le rédacteur en chef d’un magazine de photos coquines va s’efforcer de retrouver la victime (fictionnelle ?) pour instaurer entre eux une relation platonique et sans lendemain. L’emploi systématique des plans-séquences et les inspirations narratives des drames de Monzaemon Chikamatsu et Saikaku Ihara donnent une profondeur surprenante (au vu de la très courte durée du métrage) à cette recherche désespérée du plaisir.

Clément Rauger
Programmateur à la Maison de la Culture du Japon

Pour plus d’informations sur cette œuvre, se reporter au catalogue 100 de Cinéma Japonais paru aux éditions de la Martinière.