En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

vendredi 1 février 2019, 22h00

Salle Henri Langlois

22h00 → 23h40 (97 min)

Gardien de l'enfer (Le)
地獄の警備員 [Jigoku no keibin]
Kiyoshi Kurosawa
Japon / 1992 / 97 min / 35mm / VOSTF

Avec Makiko Kuno, Yutaka Matsushige, Hatsunori Hasegawa.

Lors d'une nuit d'horreur, une jeune femme, récemment embauchée dans une société, est témoin du meurtre de ses collègues par un agent de sécurité psychopathe.

Kiyoshi Kurosawa, encore enfant, fut traumatisé à la vision de Matango, d’Ishirô Honda de  : « Tout relève du cliché mais à la première vision j’ai eu tellement peur que, par la suite, je redoutais les couloirs. D’autant que les portes que je fermais s’ouvraient tout le temps ! Dans tous les cas, il vaut mieux laisser les portes ouvertes ; de cette façon on peut être préparé à tout. Si on les ferme, on ne peut pas deviner ce qui se trame derrière. »
 Le Gardien de l’enfer (1992) est un autre « film de couloir » dans lequel un veilleur de nuit matraque ses victimes jusqu’à la mort. Kurosawa repense en profondeur sa conception de la peur en abandonnant les maquillages sanguinolents et les effets mécaniques de Sweet Home (1989). Il opte ici pour la représentation d’une Tokyo impersonnelle et verticale. Les personnages évoluent dans de longues coursives blafardes parcourues de néons vacillants. Cette déshumanisation est amplifiée par la silhouette émaciée de Yutaka Matsushige, qui se découpe dans ces sombres allées bétonnées. Kurosawa pose ici les fondations d’une esthétique de la décrépitude qui s’affirmera dans ses chefs d’œuvres Cure et Kaïro.

Fabien Mauro