En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

mercredi 7 mars 2018, 14h00

Salle Jean Epstein

14h00 → 15h50 (110 min)
Séance présentée par Jérôme Enrico

Robert Enrico
France-Italie / 1966 / 110 min / DCP
D'après José Giovanni.

Avec Alain Delon, Lino Ventura, Joanna Shimkus.

Roland et Manu, amis de longue date et amateurs de sensations fortes, tentent de s'emparer d'un trésor contenu dans un avion englouti. Au large du Congo, leur quête va les mettre en grand danger.

Restauré en 2017 par SNC (Groupe M6) avec le soutien du CNC dans le cadre de l'aide à la numérisation. La préparation et le nettoyage du négatif Techniscope 2-perforation ont été effectués par la société DAEMS. La numérisation 4K et la restauration numérique image et son ont été confiées à la société HIVENTY. En avant-première de sa ressortie par Héliotrope Films dans le cadre de la rétrospective « Robert Enrico – Les années 1960 », prévue pour l'été 2018.


Pour écrire Les Aventuriers, Robert Enrico choisit Pierre Pelegri. Ensemble, ils s’attaquent à la première partie du roman éponyme de José Giovanni dont la seconde partie a été adaptée au cinéma la même année par Giovanni lui-même et distribuée par SNC sous le titre La Loi du survivant. Pour Robert Enrico, qui dit détester tourner en studio, cette aventure avec un grand A, entraînant les personnages du ciel gris des Champs-Élysées aux côtes africaines saturées de soleil, offre la possibilité de filmer en extérieur, de Djerba à Dakar.
Au début du tournage, les deux acteurs principaux doutent des capacités de la jeune Joanna Shimkus, inconnue à l’époque, mais ils tombent rapidement sous son charme. Le triangle inséparable que forment Manu, Roland et Lætitia à l’écran foisonne d’inventivité, de tendresse et de liberté ‒ tout comme la BO signée François de Roubaix.
Les Aventuriers est un film sur l’amitié, la grande, la vraie, la pure. Sa construction narrative nous livre une métaphore des années 1960 : l’insouciance est constamment menacée par le matérialisme, et les essais créatifs, voire utopiques, des protagonistes semblent difficilement pouvoir aboutir. Les Aventuriers est aussi et surtout l’un des plus beaux films d’aventures français.

Ellen Schafer