En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

jeudi 8 mars 2018, 18h00

Salle Henri Langlois

18h00 → 23h15 (315 min)
Séance présentée par Stefania Sandrelli et Gian Luca Farinelli

1900
Novecento
Bernardo Bertolucci
Italie-France-République fédérale d'Allemagne / 1974 / 310 min / DCP / VOSTF

Avec Robert De Niro, Gérard Depardieu, Burt Lancaster.

Au cours de l'été 1900, deux enfants voient le jour dans un village d'Émilie : le premier, Olmo Dalco, appartient au monde des métayers, l'autre, Alfredo Berlinghieri, est le petit-fils d'un riche propriétaire. Ils vivront ensemble les tourments politiques de l'Italie de la première moitié du XXe siècle.

Restauration numérique au laboratoire L'Immagine Ritrovata. Restauration par Century Fox, Paramount Pictures, Istituto Luce- Cinecittà, Cineteca di Bologna, en collaboration avec Alberto Grimaldi et avec le soutien de Massimo Sordella – au laboratoire de L'Immagine Ritrovata.


Dans 1900, Bertolucci reprend le couple féminin du Conformiste qu'il distribue entre Robert De Niro et Gérard Depardieu. Dominique Sanda prolonge la figure d'Anna en Ada, une jeune affranchie dont la liberté sera détruite par son mariage avec le « padrone » Alfredo (De Niro), cet autre conformiste. Le personnage de Stefania Sandrelli est en revanche très différent de celui de la bourgeoise Giulia. L'institutrice est l'épouse d'Olmo (Depardieu), le fils de paysans, et incarne l'insoumission populaire. C'est elle qui mène la révolte des femmes qui s'allongent devant la garde à cheval venue briser la grève. Sur le chant de lutte La Lega, c'est un opéra communiste que met en scène Bertolucci et dont Sandrelli est la prima donna. La beauté glamour du Conformiste est alors maculée de boue, portant les stigmates du combat des paysans contre les proriétaires terriens dont les fascistes sont le bras armé. À travers ce rôle relativement bref de pasionaria, Bertolucci édifie une icône prolétarienne tragique dans la tradition d'Anna Magnani.

Stéphane du Mesnildot