En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

mercredi 21 juin 2017, 19h00

Salle Georges Franju

19h00 → 20h50 (106 min)
Accompagnement musical par Masanori Enoki

Le Trésor d'Arne
Herr Arnes pengar
Mauritz Stiller
Suède / 1919 / 106 min / DCP / INT.FR.

D'après Selma Lagerlöf.

Avec Mary Johnson, Hjalmar Selander, Richard Lund.

Au XVIe siècle, trois mercenaires écossais massacrent les habitants d'une ferme et s'emparent du trésor de Messire Arne. Seule rescapée, la nièce d'Arne, Elsalill, croise par hasard la route des assassins et s'éprend de l'un d'entre eux.

« Dans ce film, à la fois subjectif et concret, les fantômes se matérialisent, tout en restant évanescents grâce au truquage de la surimpression. Ils sortent et entrent, se mêlent à la vie des vivants, nous pénètrent de leur réalité, crient, s'acharnent et pleurent sans jamais perdre leur pouvoir parce qu'ils appartiennent à l'image, parce qu'ils n'en modifient jamais la plastique, parce qu'ils n'en faussent jamais l'équilibre et ceci, sans cesser d'être et de nous fasciner. » Henri Langlois

Première des trois adaptations de Selma Lagerlöf mises en scène par Stiller (Le Vieux Manoir, 1923 et La Légende de Gösta Berling, 1924), le film devait initialement être réalisé par Victor Sjöström. Le récit est centré sur un terrible conflit moral : Elsalill doit-elle dénoncer l'homme qu'elle aime et qui s'avère aussi l'assassin de sa demi-sœur ? Mary Johnson livre une interprétation bouleversante qui fait d'elle une héroïne parfaite de tragédie. D'une grande beauté plastique, inspiré par les illustrations du peintre finlandais Albert Edelfelt pour les livres de Lagerlöf, le film, et en particulier la scène finale du cortège funèbre, inspirera Eisenstein pour Ivan le Terrible.

Caroline Maleville


Tirage en 2004 d'une copie Desmet par le Svenska Filminstitutet à partir d'un internégatif tiré dans les années 1970 d'après une copie nitrate teintée avec intertitres suédois. Des parties en provenance de copies nitrate conservées au Danish Film Institute et de la Deutsche Kinemathek ont été ajoutées en 2001 et 2003.