En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

vendredi 3 mars 2017, 15h00

Salle Jean Epstein

15h00 → 16h50 (108 min)

La Carte du parti
Партийный билет
Ivan Pyriev
URSS / 1936 / 108 min / 35mm / VOSTF

Avec Andrei Abrikossov, Ada Voïtsik, Anatoli Goriounov.

Anna, ouvrière communiste, épouse un homme qui s'avère être un espion. Celui-ci lui vole sa carte du parti, entraînant son exclusion.

Copie en provenance des collections du Gosfilmofond.


Après l’échec public de son précédent film (Fonctionnaire de l’État, 1930) et l’abandon de son projet d’adapter Les Âmes mortes (1934) de Nicolas Gogol, Ivan Pyriev connaît enfin le succès populaire avec La Carte du Parti (1936). Assassines furent pourtant les critiques qui condamnèrent une approche trop empathique de l’ennemi du peuple. Mais Staline officialise le film en remplaçant son titre d’origine (le nom de l’héroïne) par La Carte du Parti. C’est un bon exemple de psychose de l’ennemi intérieur. En effet, Yvan Pyriev met en scène l’avenir radieux du communisme que symbolise la grandiose scène des feux d’artifice du 1er mai. Conformément au schéma-type des films russes des années 1930, La Carte du Parti s’articule autour de trois personnages : le leader du Parti, l’ennemi du peuple et l’héroïne, cet « homme simple », ici Anna Kulikova (Ada Voïtsik), une jeune ouvrière qui s’efforce de grandir sur le plan civique. Perdue, volée ou échangée, la carte du Parti communiste est l’élément central du film éponyme. Sorte de métonymie du régime, cette carte est, pour Anna, le passeport vers des lendemains qui chantent.

Adrien Rode