En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

mercredi 1 mars 2017, 14h00

Fondation Jérôme Seydoux Pathé Hors les murs

14h00 → 15h00 (60 min)
Séance présentée par Céline Ruivo

Châtiment
The Despoiler
Reginald Barker
Etats-Unis / 1915 / 62 min / 35mm / INT. FR.

Avec Frank Keenan, Enid Markey, Charles K. French.

Postées à la frontière turco-arménienne, les troupes kurdes du Khân Ouârdaliah opèrent pour le compte des empires centraux. Deux bandits pénètrent en Arménie, y semant l'épouvante.

Restauré en 2010 par la Cinémathèque française à partir d’une copie d’exploitation nitrate teintée issue de ses collections, qui semble être l’unique élément filmique conservé à ce jour. Il s’agit d’une version courte, dont l’histoire diffère de la version longue d’origine : les intertitres et le montage ont été modifiés à des fins de propagande vers 1917. Travaux menés au laboratoire de l’ANIM.


Réalisé en 1915 pour la Triangle par Reginald Barker (bras droit de Thomas H. Ince, avec lequel il coréalise Civilization en 1916), Châtiment traite alors d’un terrible sujet d’actualité internationale : le génocide arménien, dont les plus grands crimes ont lieu cette même année. Cependant, le résumé de la version américaine du film diffère largement de celui de la version française. Dans la version américaine produite avant l’entrée en guerre des États-Unis, le film est vaguement situé dans la région des Balkans, et son personnage central est un officier français du nom de Damien. Dans la version française qui sort en 1917, le personnage devient le colonel allemand Von Werfel, et le film se transforme dès lors en instrument de propagande anti-allemande plutôt qu’en plaidoyer pour la paix. Des scènes de grande violence vaudront à Châtiment de sérieux ennuis avec la censure américaine, dont on ne sait précisément si elle a été froissée par l’évocation trop insistante d’un viol, ou par la représentation trop transparente des liens entre les Turcs et les Allemands. La Triangle y affirme ses importantes ambitions esthétiques et politiques, entendant aborder à travers ses longs métrages la situation politique internationale, en particulier le rôle encore incertain des États-Unis dans le conflit mondial qui débute.

Caroline Maleville