En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

samedi 4 mars 2017, 21h30

La Filmothèque du Quartier latin Hors les murs

21h30 → 23h25 (111 min)
Séance présentée par Sarah Ohana

La Fureur de vivre
Rebel Without a Cause
Nicholas Ray
Etats-Unis / 1955 / 111 min / DCP / VOSTF

Avec James Dean, Natalie Wood, Dennis Hopper.

Nouvellement arrivé en ville, Jim fait la connaissance de Judy, de Plato, et d'une bande d'adolescents désaxés.

Restauré en 4K par la Warner Bros. et la Film Foundation.


En 1954, après avoir tourné deux westerns (Johnny Guitar et Run for Cover), Nicholas Ray s’intéresse à la jeunesse américaine contemporaine. Il ébauche un court projet de film, The Blind Run, qui marque le début d’une longue phase d’écriture du scénario de La Fureur de vivre, au cours de laquelle plusieurs auteurs se succèdent et s’immergent avec le cinéaste dans le milieu de la délinquance juvénile. S’il n’en est pas directement adapté, le film doit son titre à un ouvrage du docteur Lindner paru en 1944, dont la Warner avait acquis les droits. Au Studio, le bureau du cinéaste est voisin de celui d’Elia Kazan, dont il a été l’assistant, et qui vient de faire tourner James Dean dans À l’Est d’Eden. Il attribue le rôle-titre au jeune acteur, aux côtés de Natalie Wood et de Sal Mineo. Le tournage se déroule au printemps 1955, alors que la sortie du film de Kazan propulse James Dean au sommet. Sur le plan formel, Nicholas Ray fait un usage signifiant de la couleur et déploie son goût de la ligne horizontale (hérité de l’architecte Frank Lloyd Wright) grâce au CinemaScope. Le film sort en octobre juste après la mort brutale de l’acteur, consacrant la gloire de celui-ci et rencontrant un immense succès commercial.

Marion Langlois