En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Les Sept femmes de Barberousse
Les Sept femmes de Barberousse

vendredi 3 mars 2017, 15h40

La Filmothèque du Quartier latin Hors les murs

15h40 → 17h25 (103 min)

Les Sept femmes de Barberousse
Seven Brides for Seven Brothers
Stanley Donen
Etats-Unis / 1953 / 103 min / 35mm / VOSTF
D'après Stephen Vincent Benet.

Avec Howard Keel, Jeff Richards, Russ Tamblyn.

Descendu de sa ferme isolée, Adam Pontipee prend femme au village, Milly. Elle découvre six beaux-frères mal élevés. Décidée à les civiliser, elle leur apprend à danser et à être aimables.

Sorti sur les écrans américains en 1954, Les Sept femmes de Barberousse a été le succès surprise de l'année et a reçu l'Oscar de la meilleure musique, parmi les cinq catégories dans lesquelles il était nommé. Cinquième comédie musicale de Stanley Donen, le film fut réalisé à la fois en CinemaScope et au format standard afin de pouvoir être distribué dans les salles non équipées. Produit avec un budget relativement modeste en comparaison des autres comédies musicales de cette période, c'est une des premières réalisations en CinemaScope de la MGM, et filmée sur pellicule Anscocolor. Le nouveau format permit à Stanley Donen de réunir pour la première fois tous ses personnages dans un cadre extralarge, notamment lors de la chorégraphie euphorisante de Michael Kidd pour la scène du bal. Le film créa également un nouveau style de musical, débordant de vitalité et tonifié par le grand air de la campagne. Véritable prouesse technique, son montage très découpé fait preuve d'une grande précision et d'un total contrôle du procédé. Sur un scénario original écrit par Albert Hackett, Frances Goodrich et Dorothy Kingsley adapté de Sobin Women de Stephen Vincent Benét, l'histoire aux chorégraphies audacieuses privilégie la bonne humeur exubérante, la gaieté débridée, et un plaisir physique de la danse qui se communique irrésistiblement au spectateur.

Nicolas Caïssa