En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

dimanche 5 mars 2017, 18h00

Cinéma Christine 21 Hors les murs

18h00 → 19h55 (115 min)

Christian-Jaque
France, Italie, Espagne / 1963 / 115 min / DCP
D'après Alexandre Dumas père.

Avec Alain Delon, Virna Lisi, Adolfo Marsillach.

Peu avant la Révolution française, un chef de police poursuit le personnage de la Tulipe noire. Il ne parvient pas à l'arrêter, mais lui fait une balafre sur la joue. Pour ne pas être découvert avec ce nouveau visage, la Tulipe noire fait appel à son frère jumeau.

Restauré en 4K par TF1, à partir du négatif original 65 mm et du son magnétique six pistes d’origine.


Ce film de cape et d’épée n’a rien à voir, malgré son titre, avec le roman d’Alexandre Dumas. Il s’agit d’un scénario original de Christian-Jaque et Henri Jeanson qui brodent un récit d’aventures historiques autour du thème des frères jumeaux et des premiers soubresauts de la Révolution. Les deux hommes empruntent le titre d’un roman de Dumas dans le seul dessein de souligner la parenté avec leur Fanfan la Tulipe (1952). Alain Delon, nouvelle vedette du cinéma européen depuis Plein Soleil, entend rivaliser avec Gérard Philipe et endosse avec beaucoup de panache la double – et même triple – identité des frères Saint-Preux et de la Tulipe noire. Ces motifs du dédoublement et du transfert d’identité, que l’on trouvait déjà dans Plein Soleil sur un mode criminel et pathologique, vont traverser la filmographie d’Alain Delon, et trouver leurs points culminants dans Mr. Klein et Nouvelle Vague. Delon, c’est le vertige de Narcisse se noyant dans son reflet, enivré par sa propre beauté, suscitant la haine autant que le désir. La Tulipe noire représente une aubaine pour l’acteur qui s’ébroue avec élégance dans le registre du cinéma d’action populaire, après avoir brillé sous la direction de grands maîtres tels que Visconti et Antonioni. La Tulipe noire offre ses derniers feux à un cinéma de divertissement, joyeux et mouvementé.

Olivier Père

À partir de 6 ans