En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

samedi 4 mars 2017, 16h00

La Filmothèque du Quartier latin Hors les murs

16h00 → 18h25 (142 min)
Séance présentée par Charles Cohen

James Ivory
Grande-Bretagne / 1991 / 142 min / DCP / VOSTF

Avec Anthony Hopkins, Emma Thompson, Vanessa Redgrave.

Issues de la classe moyenne anglaise, les deux sœurs Margaret et Helen Schlegel font la rencontre des Wilcox, une famille bourgeoise. Un lien aussi mystérieux qu'indéfectible semble les unir malgré leurs différences sociales, culturelles et morales.

Restauré en 4K par Cohen Film Collection au laboratoire Cineric, à partir du négatif caméra original 35 mm conservé au George Eastman Museum.


Le roman d’E. M. Forster, Howards End, paraît en 1910. Son adaptation cinématographique sort en 1992 et reçoit le prix du 45e anniversaire du Festival de Cannes. Après celles de Chambre avec vue (1986) et de Maurice (1987, récompensé à la Mostra de Venise), le trio réalisateur, scénariste et producteur, J. Ivory, R. Jhabvala et I. Merchant, récidive avec cette nouvelle adaptation de l’écrivain britannique.

Le trio, depuis ses débuts, pose les questions de la filiation, de l’héritage et de la transmission (The Householder, 1963). Idem dans Howards End : l’héritage, la question de l’appartenance, celle des traditions constamment remises en jeu… Ainsi les Wilcox risquent-ils de perdre leur propriété au profit des Schlegel (puisque Ruth Wilcox veut léguer sa maison à l’une des deux sœurs) pour qui « Howards End » représente l’entrée dans un nouvel espace, à l’écart de la ville cosmopolite, un lieu qui échappe au temps. La caméra, entraînante, suggère une attention à chaque détail. Dans son article « Le collectionneur » (Cahiers du cinéma n° 455/456), Marie-Anne Guérin note justement : « La manière dont Ivory filme les objets, les choses, des champs de jacinthes à la masse d’une chevelure baudelairienne en passant par les robes, les fleurs et les détails vestimentaires (…) a ici quelque chose de touchant et est comparable à la naïveté du collectionneur ».

Florence Fourn