En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

samedi 4 mars 2017, 18h00

Salle Henri Langlois

18h00 → 20h05 (122 min)
La séance ne sera pas présentée par Jean-Paul Belmondo comme annoncé initialement.

Louis Malle
France-Italie / 1966 / 122 min / DCP
D'après Le Voleur de Georges Darien.

Avec Jean-Paul Belmondo, Geneviève Bujold, Marie Dubois, Françoise Fabian, Bernadette Lafont.

Dépouillé par un oncle peu scrupuleux, Georges Rendal devient voleur, d'abord par vengeance, puis par conviction. C'est sans états d'âme qu'il saccage les propriétés qu'il pille.

Restauré en 2016 par Gaumont au laboratoire Éclair.


Louis Malle avait lu et aimé le roman de Georges Darien, Le Voleur, paru en 1884. C’est à son retour du Mexique, après Viva Maria !, qu’il se décide à l’adapter. Il s’entoure de Jean-Claude Carrière pour l’adaptation et de Daniel Boulanger aux dialogues. Malle collabore avec une partie de l’équipe du précédent film ; Henri Decaë pour la photographie, Jacques Saulnier pour les décors et Ghislain Uhry pour les costumes. Le Voleur, c’est d’abord l’œuvre d’un auteur anarchiste qui décrit la révolte d’un homme contre l’ordre établi. C’est aussi un livre dans lequel le cinéaste reconnaît une sorte d’alter ego dans le personnage de Georges Randal : « Aucun de mes héros de film ne m’aura été plus proche. Jamais je n’aurais davantage fait le film que je voulais, et me serais senti plus d’affinités avec son personnage central. ». D’une facture très éloignée du cinéma moderne de l’époque, Le Voleur surprit par son ironie, sa noirceur et sa violence contenue.

Florence Fourn