En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Des monstres attaquent la ville
Des monstres attaquent la ville

vendredi 3 mars 2017, 16h00

Salle Henri Langlois

16h00 → 17h35 (94 min)

Gordon Douglas
Etats-Unis / 1953 / 94 min / DCP / VOSTF
D'après George Worthing Yates.

Avec James Whitmore, Edmund Gwenn, Joan Weldon, James Arness.

On découvre des fourmis géantes dans le désert du Nouveau-Mexique. Des créatures d'autant plus menaçantes que leur reine et toute sa colonie se dirigent vers Los Angeles.

Pour cette carte blanche, il m’a été demandé de limiter mes choix aux années 1950, c’est pourquoi il n’apparaît pas de films d’autres décennies, présumant qu’en théorie les années situées entre quatre et quatorze ans seraient les plus formatrices. C’était en tous les cas une merveilleuse décennie pour un enfant, en revanche je ne suis pas si sûr que ça ait été un très bon moment pour un adulte. C’était l’âge de la terreur atomique, assimilée dans nos petites têtes à d’interminables exercices de défense civile et à la propagande anti-communiste. Et sur l’écran, tout au long des années 1950, nous assistions à un défilé de mutations nucléaires métaphoriques provoquées par la radioactivité, à commencer par la meilleure d’entre elles : Des monstres attaquent la ville. Ce modèle de référence pour tous les lézards, scorpions et autres monstres de Gila démesurés qui suivront, est aussi bien conçu que pouvait l’être un film de studio, en dépit du fait que le directeur du studio, Jack Warner, désapprouva le projet et coupa le budget pour le priver du traitement prévu en couleurs et 3-D. Le réalisateur sous contrat, Gordon Douglas, excelle, et le film a belle allure du point de vue artistique et technique. Cet enfant de sept ans que j’étais a eu des cauchemars pendant des années après avoir vu Des monstres attaquent la ville, mais cela ne m’a pas empêché de chercher tous les films d’épouvante que je pouvais trouver à partir de cet instant. Il semblerait que cela m’ait réussi.

Joe Dante, novembre 2016