En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

dimanche 2 décembre 2012, 21h00

Salle Henri Langlois

21h00 → 22h25 (84 min)
Film présenté par Bryony Dixon. Accompagnement musical par DJ Chloé

Chantage
Blackmail
Alfred Hitchcock
Grande-Bretagne / 1929 / 84 min / 35 mm / INT.FR.
D'après Charles Bennett.

Avec Anny Ondra, John Longden, Sara Allgood.

À Londres, Alice est fiancée à Frank, un détective de Scotland Yard. Un soir, elle accepte de suivre un jeune artiste. Il tente de la violer, elle saisit un couteau et le tue. L'enquête est confiée à Frank.

Restauré en 2012 par le British Film Institute (BFI) en association avec StudioCanal. Avec le soutien de The Hollywood Foreign Press Association et la Film Foundation. Soutien subsidiaire de Deluxe 142, Pia Getty, Col & Karen Needham, et la Fondation Dr Mortimer & Theresa Sackler.


En 1928, la pièce policière de Charles Bennett, Blackmail, remporte un grand succès à Londres. Le producteur John Maxwell en achète immédiatement les droits, jugeant la pièce idéale pour Alfred Hitchcock. Le cinéaste travaille sur le texte et écrit un scénario, plus noir que l’intrigue originale. Il ajoute aussi des scènes d’action et remplace le troisième acte. Le jeune Michael Powell, alors photographe de plateau sur le tournage de Chantage, aurait ainsi suggéré à Hitchcock de supprimer ce dénouement et préconisé plutôt de finir sur une scène forte, à savoir la poursuite à travers la salle de lecture du British Museum.

En avril 1929, le film est presque terminé et Hitchcock va commencer le montage quand Maxwell lui demande de réaliser aussi une version sonore du film. Chantage sera ainsi tourné en deux versions, devenant le premier parlant britannique. La version muette est projetée alors dans les cinémas qui, à l’époque, n’étaient pas encore équipés pour projeter du cinéma sonore.

La version muette offre à Hitchcock une plus grande liberté d’expérimentation, par exemple de déplacer la caméra au cours d’une scène « dialoguée », quand le micro dans la version sonore impose plus une proximité aux acteurs. À l’inverse, la séquence du « couteau », restée célèbre dans la version sonore, doit trouver par elle-même dans la version muette une force expressionniste : un rideau, l’ombre des corps sur le mur, une main qui cherche à tâtons et s’empare d’un couteau…
Le film est un véritable succès à sa sortie, autant dans sa version sonore que muette. Chantage est resté célèbre aussi pour la première véritable apparition d’Hitchcock (scène dans le métro).

Bryony Dixon