En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Photographie de promotion de « L'Homme au complet blanc » (Alexander Mackendrick, 1950)

23 février 2016

The Man in the white suit (L’Homme au complet blanc) est le second film d’Alexander Mackendrick, tourné plus de deux ans après Whisky Galore ! (Whisky à gogo). Adapté d’une pièce de Roger MacDougall montée quelques années plus tard, ce classique des comédies anglaises produites par les studios Ealing est sorti début août 1951 au Royaume-Uni et fin mars 1952 en France. Au casting, Mackendrick retrouve l’actrice Joan Greenwood et dans le rôle-titre, Alec Guinness, que le cinéaste dirigera encore dans un autre bijou du genre, The Ladykillers (Tueurs de dames) en 1955. Pour l’heure, l’acteur interprète Sidney Stratton, scientifique idéaliste inventeur d’un tissu inusable et insalissable, se butant avec naïveté à l’hostilité des patrons et des syndicats ouvriers.

Cette photographie de plateau montre le chimiste dans le fameux complet tout juste mis au point, entouré d’industriels du textile qui veulent faire main basse sur l’invention révolutionnaire risquant de les ruiner. Campés derrière lui, apparaissent les personnages de Cranford (Howard Marion Crawford, à gauche) et de l’infâme Michael Corland (Michael Gough, à droite). Assis en face, Sir John Kierlaw, le redoutable roi du coton (Ernest Thesiger) aux côtés du plus grand fabriquant de rayonne, Alan Birnley (Cecil Parker, debout derrière le bureau), propriétaire de l’usine dans laquelle Sidney s’introduit en tant qu’ouvrier pour mener à bien ses expériences et surtout, père de la délicieuse héroïne…

Ce tirage d’époque sur lequel est inscrit à la gouache le titre français du film a été publié dans Le Film complet du samedi, le 4 juillet 1953. Exclusivement dédiée aux films racontés, cette revue française née en 1922 suit de plus ou moins près les sorties en salles. Très populaire, elle paraît alors également les jeudis et fait invariablement le récit d’un film en 16 pages, illustrées de photographies souvent légendées. Le cliché a été reproduit en première page de ce numéro 381 en respectant le recadrage indiqué à la gouache. Comme de coutume, le magazine utilise une typographie maison pour le titre maquetté sur la photographie introduisant cette version romancée du film de Mackendrick, signée d’un certain J. Mettra.

La Cinémathèque française conserve de nombreux tirages retouchés de la sorte ayant servis à la mise en page du Film complet dont elle possède également la collection intégrale.


  • Type d'objet : Photographie de promotion
  • Support : Tirage argentique noir et blanc
  • Format : 18 x 24 cm
  • Crédits : Droits réservés