En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Photo de tournage de « Whisky à gogo » (Alexander Mackendrick, 1949)

21 janvier 2016

Été 1948, plage de dunes d’Allasdale sur l’île écossaise de Barra. Entre deux prises, cette photographie de tournage immortalise l’actrice Joan Greenwood, radieuse pendant la préparation d’une scène de Whisky Galore ! (Whisky à gogo, 1949).

Ce premier long métrage d’Alexander Mackendrick est principalement tourné en décors naturels, sur la petite île de l’archipel des Hébrides situé à l’ouest de l’Écosse. C’est même le lieu du tournage qui, à l’origine, détermine le choix du projet. La Grande-Bretagne doit alors composer avec le décret Dalton et l’augmentation exorbitante des taxes sur les films étrangers qui vient d’être votée. Hollywood cessant en premier lieu d’exporter ses films, l’industrie cinématographique anglaise pallie cette soudaine carence en développant elle-même sa production. Devant la multiplication des tournages et le manque de plateaux disponibles, les studios Ealing privilégient les tournages en extérieurs et optent pour l’adaptation du roman homonyme de Compton Mackenzie paru en 1947, inspiré d’un naufrage survenu en février 1941 au large d’une autre petite île des Hébrides, Eriskay. L’intrigue se déroule en pleine Seconde Guerre mondiale sur les fictives mais typiquement écossaises îles de Great Todday et Little Todday, en proie à une pénurie de whisky bientôt résolue par le vol de centaines de caisses du précieux breuvage sur un bateau échoué près des côtes…

Transformée en studio en plein air, l’île de 14 km de long accueille une équipe de 70 personnes qui va se mêler aux îliens présents au casting de cette comédie aux dialogues savoureux. Premier rôle féminin, Joan Greenwood y interprète Peggy Macroon, standardiste de l’île. L’actrice à la carrière prolifique, qui ne sera jamais aussi à l’aise que dans les productions Ealing, rapporte s’être fort bien accommodée des conditions de tournage et du logement chez l’habitant pour parfaire son accent écossais.

Déjà perfectionniste, et peu avare de prises, Alexander Mackendrick dépasse copieusement les délais et le bugdet, si bien que le film devra finalement être terminé dans les studios Ealing, établis près de Londres. Américain d’origine écossaise, il deviendra un réalisateur emblématique du studio qui se spécialise dans la comédie jusqu’au milieu des années cinquante.


  • Type d'objet : Photographie de tournage
  • Support : Tirage argentique noir et blanc
  • Année : 1948
  • Pays : Grande-Bretagne
  • Format : 18 x 24 cm
  • Crédits : Droits réservés