En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Prisonnières des martiens

Prisonnières des martiens
Chikyū Bōeigun

Ishirō Honda
Japon / 1957 / 88 min

Avec Takashi Shimura, Kenji Sahara, Momoko Kôchi.

D'étranges visiteurs puissants et soi-disant pacifiques, les Mysterians, récemment débarqués sur la Terre, demandent au gouvernement de leur fournir quelques jolies jeunes femmes afin de perpétuer leur race en voie d'extinction.


« Contrôler la terre ? C'est ce que les humains font aux animaux. C'est juste l'affaire de 500 heures terrestres. »

Immanquablement, dans un film d'Ishirō Honda (après tout, papa de Godzilla en 1954 mais aussi conseiller artistique de Kurosawa pour Rêves et réalisateur seconde équipe de Kagemusha ou de Ran), de longues séquences hypnotisantes sont consacrées à la grandiose apocalypse, à la catastrophe écologique, à l'effondrement géographique de maquettes et ses grands ballets de coulées de boue radioactives orchestrés avec trompettes infernales (œuvre miniaturiste en matte painting / incrustation du fidèle Tsuburaya, unique par son imaginaire). Le tout filmé comme un documentaire de l'époque. Les grands monstres sont toujours de la partie et leurs projectiles sont des crachats-comètes, grattage pyrotechnique expérimental. Dans Prisonnières des martiens (1957), la nature est déréglée, des scientifiques et politiques unis (Japon/USA/Russie) tentent désespérément de trouver des solutions, quand un monstre géant un peu maladroit et super-radioactif (Mogera) sort d'une montagne pour tout détruire. Mais la particularité ici, c'est le thème américain de l'invasion : venus de Mysteroïde, planète détruite après une guerre nucléaire, les Mysterians espèrent s'accoupler avec des terriennes afin de survivre et endiguer leurs problèmes héréditaires de malformation et de défiguration subis en raison de la trop grande pollution de leur planète. Le film marque une étape décisive pour la Toho et teste le procédé TohoScope. La distribution US par la MGM est un franc succès et Mogera reviendra en 1994 dans Godzilla vs. SpaceGodzilla.

エミリーCauquy

Séances

Séances passées


Générique

Réalisateur : Ishirō Honda
Assistant réalisateur : Koji Kajita
Scénariste : Takeshi Kimura
Société de production : Toho
Producteur : Tomoyuki Tanaka
Directeur de production : Yasuaki Sakamoto
Distributeur d'origine : Rank Overseas Film Distributors
Directeur de la photographie : Hajime Koizumi
Ingénieur du son : Masanobu Miyazaki
Compositeur de la musique originale : Akira Ifukube
Décorateur : Teruaki Abe
Monteur : Koichi Iwashita
Coordinateur des effets spéciaux : Eiji Tsuburaya
Interprètes : Takashi Shimura (le docteur Tanjiro Adachi), Kenji Sahara (Joji Atsumi), Momoko Kôchi (Hiroko Iwamoto), Akihiko Hirata (Ryoichi Shiraishi), Susumu Fujita (le général Fujita), Hisaya Itô (le capitaine Seki), Yoshio Kosugi (le commandant Sugimoto), Fuyuki Murakami (le docteur Nobu Kawanami), Yoshio Tsuchiya (le chef des mystérieux), Minosuke Yamada (le secrétaire de la défense Hamamoto), Tetsu Nakamura (le docteur Koda), Harold Conway (le docteur DeGracia), Yutaka Sada (le capitaine de police Miyamoto), Hideo Mihara (le général Emoto), Rikie Sanjô (la mère de Etsuko), Sôji Ubukata (le docteur Noda), Ren Imaizumi (l'assistant de Adachi), Shin Otomo (le policier Kawada), Takuzô Kumagai (le colonel Ito), Akio Kusama (le chef de police Togawa), Shôichi Hirose (le détective), Tadao Nakamaru (le lieutenant Yamamoto), Rinsaku Ogata (le policier Ogata), George Furness (le docteur Svenson), Haruo Nakajima (Mogura), Heihachiro Okawa, Takeo Oikawa, Haruya Kato, Senkichi Omura, Mitsuo Tsuda, Kamayuki Tsubono, Yasuhiro Shigenobu, Katsumi Tezuka