En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Pierre Étaix dans les collections

Françoise Lémerige - Blandine Etienne - 2 novembre 2015

En décembre 2008, Pierre Étaix et sa femme Odile confient à la Cinémathèque française un ensemble de plus de 500 documents originaux produits par le cinéaste, comportant eux-mêmes de nombreux croquis souvent réalisés recto-verso, soit plus de 700 dessins au total. Ce don important est venu rejoindre les autres pièces liées à l’auteur, conservées dans les collections dessins, affiches, archives ou photographies. Il révèle les talents de dessinateur de cet artiste complet, réalisateur, scénariste, acteur, gagman, clown mais également affichiste, illustrateur, peintre ou sculpteur…

L’histoire de Pierre Étaix avec la Cinémathèque a débuté dans les années 60. Le tout jeune cinéaste y découvre l’oeuvre oubliée de Buster Keaton – qui devient son modèle – lors de la
première grande rétrospective consacrée au maître du burlesque en 1962. Une révélation à l’issue de laquelle Pierre Étaix offre à Henri Langlois un portrait de Keaton que le fondateur de l’institution ne manquera de mettre à l’honneur dans son Musée du cinéma. Par la suite, Étaix représentera souvent son idole sous toutes ses formes.

Pierre Étaix est venu au cinéma par le dessin après avoir entendu Jacques Tati déclarer à la radio : « un jeune qui sait dessiner a plus de facilité d’arriver au cinéma qu’un autre ». Âgé d’une vingtaine d’année, il rejoint Tati, séduit par son sens de l’observation et du gag. Le fonds confié à la Cinémathèque, dont plus de deux cent documents sont consacrés au film Mon Oncle de Tati (1958), témoigne du travail colossal de l’auteur auprès d’un réalisateur attentif aux moindres détails. Il est le fruit de quatre années d’expérience avec Tati au cours desquelles Étaix travaille à la préparation du film et fini par devenir son assistant réalisateur. Ses esquisses, maquettes préparatoires et autres planches relevant du story-board comme les multiples études aboutissant au bon déroulement d’un gag, à la création du décor adéquat, à la recherche de l’accessoire juste ou du costume qui caractérisera le mieux un personnage, reflètent la finesse d’observation de l’auteur sur ses contemporains. Dessinateur infatigable durant cette période de collaboration avec Tati, Pierre Étaix endosse aussi le rôle d’affichiste  –  c’est lui qui simplifie à l’extrême la fameuse silhouette de Hulot dont Tati ne préférait pas voir le visage et qui demeure dans la mémoire collective. Il signe également les illustrations du matériel publicitaire, puis de la novélisation, par Jean-Claude Carrière, des Vacances de Monsieur Hulot (1953) et de Mon Oncle dont il a aussi fait don à la Cinémathèque. Certains gags dessinés pour Mon Oncle, entre 1954 et 1956, seront repris dans Playtime (1964), Trafic (1970) et Confusion, un projet de film non réalisé de Jacques Tati, dont un exemplaire du scénario est présent au sein de la collection des archives, de même que ceux du Grand amour (1968) et de J’écris dans l’espace (1989), film de Pierre Étaix tourné avec la caméra Imax Omnimax pour la Géode.

La Cinémathèque conserve encore d’autres pièces rares signées Pierre Étaix, outre les différentes versions d’affiches réalisées pour des films de Tati, comme celle produite pour le Crésus de Jean Giono (1960), une maquette peinte à la gouache en hommage à Georges Méliès pour le CNC (1975) ou ces 78 dessins d’animation réalisés pour Bonjour Mr Lewis, film TV de Robert Benayoun (1980) sur son ami Jerry Lewis, qui fit aussi l’objet d’un livre. Plusieurs savoureux ouvrages illustrés par Pierre Étaix, qui rendent hommage au cinéma qu’il aime, sont également conservés à la Cinémathèque comme le Carton à Chapeaux, Stars Système ou le plus récent mais tout aussi rare Clowns au cinéma.

Cet ensemble offre un terrain de recherche exceptionnel tant sur l’auteur de Yoyo, du Soupirant ou du Grand amour que sur les sujets pour lesquels il a travaillé.


Françoise Lémerige est chargée du traitement de la collection des dessins et des œuvres plastiques de la Cinémathèque française.

Blandine Etienne est chargée de production web à la Cinémathèque française.