En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Le fonds Jacques Poitrat

5 septembre 2011

Jacques Poitrat, qui fut pendant quinze ans le « monsieur cinéma muet » de la chaîne Arte, avait choisi, peu avant son décès, la Cinémathèque française pour conserver ses archives et sa collection de disques de musique de film patiemment constituée au fil de ses voyages à travers le monde.

Diplômé de l'École nationale de photographie et cinématographie (l'actuelle École Louis-Lumière), Jacques Poitrat s’était lié d’amitié dès la fin des années 60 avec le réalisateur Jean-Gabriel Albicocco qui l’entraîna dans l’aventure de la SRF et le fit participer à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes dès 1970. Pendant près de 14 ans, Poitrat a été l’assistant de Pierre-Henri Deleau à la Quinzaine. Il a également été pour un temps trésorier de la SRF sous la présidence de Costa-Gavras.

En 1996, Jacques Poitrat devient chargé de mission pour le cinéma muet auprès de la chaîne franco-allemande Arte. Il dépense une immense énergie pour restaurer de nombreux films devenus invisibles et faire composer des musiques originales pour les accompagner. Pendant quinze ans, le « muet du mois » deviendra le rendez-vous favori des amateurs de films muets, qui y découvriront petits et grands chefs-d’œuvres, comme Monte-Cristo d’Henri Fescourt, Nana de Jean Renoir, Crainquebille et Carmen de Jacques Feyder ou Intolérance de D. W. Griffith. La Cinémathèque française présente à plusieurs reprises des restaurations en avant-première, avant qu’elles ne soient diffusées à l’antenne. Ainsi, en 2004, c’est à Chaillot qu’est projetée la restauration du premier film de Wu Yonggang, La Divine (1934), avec une musique originale du jeune compositeur chinois Xu Yi.

La musique de film fut une véritable passion pour Jacques Poitrat qui collectionna, tout au long de sa carrière, les enregistrements de bandes originales. Près d’un millier de disques vinyles figurent dans cet ensemble donné à la Cinémathèque, où se côtoient grands classiques et raretés absolues.

Ce fonds d’une grande richesse comporte également des affiches, des photos et des archives relatives aux restaurations auxquelles Jacques Poitrat participa.