En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Éric Rohmer sur le web

17 décembre 2018

Du bleu, du vert. Des plages, des chambres, des villes. Des rencontres, du désir, des actrices. De la New Wave et quelques chansons... Voici tout ce que l'on peut trouver sur le web en surfant avec Éric Rohmer.

Ma nuit chez Maud vu par Nine Antico

Ma nuit chez Maud vu par Nine Antico


- Les films d'Éric Rohmer vus par l'excellente auteure de BD, Nine Antico, illustratrice du coffret intégral de Rohmer sorti chez Potemkine en 2013.

- À quoi ressemble la saison des amours chez Rohmer ? Un montage estival signé Trois couleurs (1'45).

- « Le rayon vert dans le film éponyme n'était pas un effet spécial ». La vraie histoire du rayon vert par celui qui l'a fait, Philippe Demard, plasticien et collaborateur de Rohmer.

- « La question : Comment il travaille ? Comment il travaille... Mais comment on peut dire comment il travaille ? Chaque acteur va te dire un truc très très différent, hein ! » Marie Rivière parle d'Éric Rohmer en 2010 au Festival de La Rochelle, à l'occasion de la présentation de son film En compagnie d'Éric Rohmer.

- « Je crois que c'est plus important de voir les acteurs dans la vie que de les voir au théâtre ou dans un film. » La méthode Rohmer pour choisir ses comédiens. Exemple avec Amanda Langlet pour Pauline à la plage, treize ans avant Conte d'été, analysé par Gaël Lépingle (5').

- « Si une scène a besoin de musique, disait Rohmer, c'est qu'elle est ratée. » La musique dans les films de Rohmer (assez rare donc pour ce passionné de musique), analysée par Étienne Menu en quatre extraits et six minutes : Éric Rohmer, musicolâtre musicophobe.

- « Aussi surprenant que cela puisse paraître, Rohmer était fan de Rectangle. Il trouvait que ça sonnait comme un menuet électrique. » Comment Elli et Jacno ont atterri dans Les Nuits de la pleine lune ? Retour sur l'histoire de la BO du film, une étoile filante de la pop française.

- À partir de sa rencontre avec Émeraude Nicolas pour la sortie de son livre Pascale Ogier, ma sœur, Thomas E. Florin dresse un portrait intime de l'actrice de Rohmer et évoque l'influence qu'elle a eue dans le cercle rohmérien des années 80.

- Quand Quentin Tarantino jouait les VRP de Rohmer sur la Côte Ouest pendant ses années vidéo-club : « I remember, this is really weird, I created a following for Eric Rohmer in Manhattan Beach and the South Bay area. We had all of his films on video. So people would come up to me with Pauline at the Beach, or something because they had those sexy boxes, you know ? and ask, "How is this ?" And I would feel I had to indoctrinate them on Eric Rohmer... »

- La chambre comme espace clos et intime, propice au silence, ou le charme discret des intérieurs chez Rohmer.

- « Un jour, Rohmer est venu me voir au théâtre, il a posé le scénario sur la table de maquillage, et m'a dit : "Je fais ce film l'année prochaine, je l'ai écrit pour vous. Si vous ne le faites pas, je ne le fais pas." » Françoise Fabian à propos de sa rencontre avec le réalisateur de Ma nuit chez Maud, racontée lors de son hommage à la Cinémathèque le 8 juillet dernier.

- Et aussi, Rohmer vu par les végétariens, les Flamands, face à l'histoire ou sous l'angle du carton de générique. Et sa mort vue par Clio.

- Et enfin, Éric Rohmer dans la médiathèque intercommunale sans l'arbre.


Dans les cartons de la Cinémathèque

Rohmer et Truffaut sur le tournage de La Chambre verte

Éric Rohmer et François Truffaut sur le tournage de La Chambre verte.


La confidence

« S'il y a une chose que je n'aime pas, c'est que le cinéma se retourne sur lui-même, et qu'un film fasse allusion à d'autres films. Dans l'un des miens, La Boulangère de Monceau, le personnage que joue Barbet Schroeder invite la boulangère au cinéma. C'est la seule fois chez moi où l'on prononce ce mot ! »
Éric Rohmer


Vu à la TV

8 septembre 1984, au Journal d'Antenne 2, interview de Pascale Ogier qui vient de recevoir le prix de la meilleure actrice à la Mostra de Venise, pour son rôle dans Les Nuits de la pleine lune, un mois avant sa disparition.