En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Les Ciné-tracts, témoins de Mai 68

Véronique Doduik - 2 mai 2018

La Cinémathèque et la société ISKRA ont numérisé des films originaux témoins de Mai 68, les Ciné-tracts, à l’occasion du 50e anniversaire de Mai 68, à partir de copies 16mm conservées à la Cinémathèque et de négatifs conservés au CNC. Au total, ce sont plus d’une quarantaine de films connus sous le terme générique de « ciné-tracts ». Nés dans l’effervescence politique et créative de Mai 1968, ils en constituent une des expressions artistiques les plus originales.

Réalisés pour la plupart en mai et juin 1968, au plus près des événements, les ciné-tracts (aussi appelés « films-tracts ») ont été produits dans le cadre du collectif SLON˟, créé en 1967 à l’initiative de Chris Marker et de la productrice Inger Servolin. Les ciné-tracts, diffusés dans les réseaux associatifs et militants, ont été par la suite dispersés dans des sociétés de production ou chez des particuliers. ISKRA, qui a succédé à SLON en 1974, en avait conservé de nombreuses copies qu’elle continuait de diffuser. Après un important travail de prospection de films autour de Mai 68, la Cinémathèque française a rassemblé, à des fins de conservation et de valorisation, un ensemble d’archives précieuses et fragiles.

Qu’est-ce qu’un ciné-tract ?

Réalisés au banc-titre˟ avec une caméra 16 mm, les ciné-tracts présentent une grande unité formelle : ils sont muets (à l’exception du ciné-tract 006), en noir et blanc, d’une durée moyenne de 3 minutes. Ce sont des montages d’images fixes assemblant, selon de multiples combinaisons, des textes, des dessins et des photographies. En mai 1968, le cinéma est considéré comme une arme politique dont chacun doit pouvoir s’emparer. Le collectif SLON, à l’initiative de Chris Marker, imagine une forme de production simple et économique, accessible au plus grand nombre, à laquelle il apportera son soutien logistique pour le tournage et dont il prendra en charge le développement et le tirage.

Ciné Tractez !

Texte de SLON appelant à la réalisation de Ciné-Tracts


Pour lancer son projet, SLON diffuse un appel à « ciné-tracter », sous la forme d’un document dactylographié qui définit la forme que doivent prendre les films, ainsi que leur finalité. Il faut fabriquer vite. La technique du filmage des photos et des documents fixes permet d’éviter le stade du montage. SLON propose un « manuel pratique » qui doit servir de guide aux cinéastes amateurs. Pas de titre en propre, mais une appellation générique « ciné-tract » ou « film- tract » suivie d’un numéro qui identifie le film sur l’amorce de la pellicule. Du jeu entre le texte (figurant sur des cartons) et les images naîtra un discours qui doit provoquer une réaction et susciter la discussion. Il s’agit, entre autres, de « contester/informer/interroger/dénoncer/rire ». Face aux actualités officielles diffusées par le pouvoir politique via l’ORTF, les ciné-tracts ont un rôle de contre-information. Leur dimension collective et leur anonymat revendiqué s’accordent à l’esprit de Mai 68. Toutefois, des cinéastes connus ont participé à l’aventure des ciné-tract, et s’ils n’ont pas signé leurs films, certains indices matériels et stylistiques permettent de les identifier. Les ciné-tracts sont conçus pour servir de supports aux débats politiques et diffuser une parole militante. De durée très courte, ils sont à la projection assemblés selon une multitude de combinaisons.
Leur mode de production « standardisé » et leur vocation subversive donnent aux ciné-tracts une proximité formelle et thématique. Mais à l’intérieur de ce modèle imposé, on voit se déployer une inventivité et une diversité stylistique surprenantes.

Un réservoir d’images qui retrace l’histoire des événements

Ce sont des photographies qui constituent la matière première des ciné-tracts. Récupérées dans la presse (et souvent détournées), produites par les étudiants ou les ouvriers en lutte, elles ont aussi été prises par les cinéastes qui participent aux manifestations et se rendent sur les lieux d’occupation, les usines et les universités. Beaucoup sont fournies par des reporters-photographes de l’Agence Magnum.
On peut à travers les ciné-tracts retracer une chronologie des évènements de mai et juin 1968, en relever les temps forts. Ce sont principalement les images de Paris qui sont utilisées. Au fil de la série apparaissent les moments qui forment l’histoire du soulèvement. Les grandes manifestations ; les nuits de barricades ; les grèves ; les usines et les universités occupées ; la manifestation de protestation contre l’expulsion de Cohn-Bendit ; la manifestation de soutien à De Gaulle, le 30 mai. Certains ciné-tracts sont entièrement consacrés à un évènement particulier, par exemple le ciné-tract 003 sur les funérailles de Gilles Tautin, un lycéen mort au cours des affrontements avec la police.

Les Funérailles de Gilles Tautin Ciné-Tract 003

Les Funérailles de Gilles Tautin (Ciné-Tract 003)

 Les Funérailles de Gilles Tautin Cine-Tract 003

 Les Funérailles de Gilles Tautin (Ciné-Tract 003)

 

Il existe par ailleurs un certain nombre de photographies récurrentes, circulant d’un film à l’autre. Elles acquièrent presque un statut particulier, en faisant signe au spectateur de film en film :

CRS massés derrière une barricade de pavés

CRS massés derrière une barricade de pavés

 CRS en gros plan casqué

CRS en gros plan casqué

 Manifestant à terre

Manifestant à terre dans une rue

 

Barricades de voitures la nuit

Barricades de voitures la nuit

 

Des thèmes privilégiés

La violence policière est largement évoquée. Le ciné-tract 004 montre une nuit de barricades au Quartier Latin selon un ordre chronologique rigoureux, dans une succession rapide de gros plans de CRS chargeant et de manifestants à terre :

Ciné-Tract 004

Ciné-Tract 004

Ciné-Tract 004 (bis)

Ciné-Tract 004

 Ciné-Tract 004 (ter)

Ciné-Tract 004

 

Beaucoup de ciné-tracts critiquent l’arrogance du pouvoir politique établi et dénoncent sa nature autoritaire. De Gaulle est une cible favorite, son nom étant parfois associé à celui de dictateurs encore au pouvoir :

Ciné-Tract 007

Ciné-Tract 007

Ciné-Tract 007 (bis)

Ciné-Tract 007

 

L’auto-organisation des étudiants et des ouvriers en grève à l’intérieur des usines et des universités occupées compte aussi parmi les thèmes centraux des ciné-tracts.

Le texte prend la parole

L’écrit, la phrase, le slogan, le mot ou la formule détournée tiennent une place importante dans les ciné-tracts. Plusieurs fonctionnent sur le contrepoint du texte par rapport à l’image.

Dans le ciné-tract 001, des images de CRS tirant sur des manifestants succèdent à un carton : « on ne pouvait pas tolérer ça », puis des images d’occupation des usines et des facultés répondent à un autre carton : « on s’organise ». Le ciné-tract 10 est structuré par le retour d’un carton parmi les images, invitant le spectateur à réfléchir :

Ciné-Tract 010

Ciné-Tract 010

L’inventivité des auteurs des ciné-tracts est fertile. On y trouve tout un travail de manipulation graphique et artistique des mots, pour en détourner ou en déployer le sens :

Ciné-Tract 008

Ciné-Tract 008

Ciné-Tract 008 (bis)

Ciné-Tract 008

 Ciné-Tract 007 (quater)

Ciné-Tract 007

Ciné-Tract 013

Ciné-Tract 013

Parfois le film est construit comme un poème visuel, dans une succession d’images et de paroles. C’est le cas du ciné-tract 002 :

Ciné-Tract 002

Ciné-Tract 002

Ciné-Tract 002 (bis)

Ciné-Tract 002

 

Ciné-Tract 002 (ter)

Ciné-Tract 002

Ciné-Tract 002 (4)

Ciné-Tract 002

Ciné-Tract 002 (5)

Ciné-Tract 002

Ciné-Tract 002 (6)

Ciné-Tract 002

Effets de caméra et figures de style

Les ressources plastiques du montage et de l’objectif mobile de la caméra pallient le nombre restreint de documents. Le passage très rapide d’une image ou d’un cadre à un autre crée parfois une impression de mouvement saccadé. Les images viennent parfois contredire les cartons, avec parfois une dimension d’humour et même de cynisme, comme en témoigne le ciné-tract 006 :

Ciné-Tract 006

Ciné-Tract 006

Ciné-Tract 006 (bis)

Ciné-Tract 006

On trouve aussi des effets de travelling, de zoom avant ou arrière dans l’image, des mouvements de recadrage opérés sur les photographies, des jeux de focale, des fondus qui animent l’image d’un effet lumineux donnant l’illusion de la profondeur.

Dénoncer l’oppression et soutenir les peuples luttant pour leur indépendance

S’ils se focalisent sur Paris en mai et juin 1968, les ciné-tracts veulent mettre en perspective ce moment précis de l’Histoire avec le mouvement mondial des peuples opprimés pour leur émancipation. La ségrégation raciale des Noirs américains, les guerres d’indépendance, particulièrement celle du Vietnam, ou les guérillas révolutionnaires d’Amérique Latine, sont souvent évoquées. Les figures de Che Guevara et de Fidel Castro, alors emblématiques d’une lutte révolutionnaire armée, figurent en bonne place. Les ciné-tracts posent ouvertement la question de la guerre révolutionnaire et de la prise violente du pouvoir.

Ciné-Tract 012

Ciné-Tract 012

Ciné-Tract 012 (bis)

 Ciné-Tract 012

Le passé révolutionnaire

Au-delà des luttes contemporaines, la mémoire des grandes luttes sociales du passé, et en premier lieu les grèves de 1936 en France tiennent une place importante. La déambulation dans les photographies mène jusqu’aux images des usines occupées en 1936 en France, pendant le Front Populaire, comme dans le ciné-tract 27 :

Ciné-Tract 027

Ciné-Tract 027

Ciné-Tract 027 (bis)

Ciné-Tract 027

Ciné-Tract 027 (ter)

Ciné-Tract 027

 

Plusieurs ciné-tracts font référence également à des figures du passé de l’histoire des révolutions au XXe siècle (Lénine, Maïakovski…)

…Et après juin 1968 ?

Après la signature des accords de Grenelle et la victoire du pouvoir en place aux élections législatives de juin 1968, les ciné-tracts vont résister au discours du retour à l’ordre généralement diffusé dans les médias. Ils deviendront pendant quelque temps des « actes de résistance » pour que la parole prise en mai ne soit confisquée. Leur production continuera quelque temps avec d’autres sujets comme la guerre au Viêt Nam.

Ces documents rares seront consultables prochainement à la Bibliothèque du film.


˟ SLON : Société pour le Lancement des Œuvres Nouvelles
˟ Banc-titre : dispositif constitué d’une caméra fixe et d’un plateau sur lequel on dispose les éléments à filmer


Ressources disponibles à la Bibliothèque du film :

Les années 68 au cinéma / sous la dir. de Sébastien Layerle, Sylvie Dreyfus-Alphandéry et Manée Teyssandier. – [S.l.] : Autour du 1er mai, 2008. Cote : 32.16 LAY a

Images et sons de mai 68, 1968-2008 / sous la direction de Christian Delporte, Denis Maréchal, Caroline Moine et Isabelle Veyrat-Masson. – Paris : Nouveau monde éd., 2011. Cote : 91 DEL i


Véronique Doduik est chargée de production documentaire à la Cinémathèque française.