Catalogue des appareils cinématographiques de la Cinémathèque française et du CNC

Accueil > Collection > Thaumatrope

Thaumatrope

N° Inventaire : AP-11-2659

Collection : La Cinémathèque française

Catégorie d'appareil : Visionnement du mouvement

Nom du modèle : Les trompe-l'oeil ou les plaisirs de Jocko

Lieu de fabrication : Paris, France

Année de fabrication : 1830

Fiche détaillée

Type de l'appareil

disque en papier avec gravure recto-verso rehaussée de couleurs ; deux ficelles

Auteurs

Informations non disponibles

Fabricants

Alphonse Giroux
Paris, 7 rue du Coq Saint-Honoré

Utilisateurs

Informations non disponibles

Distributeurs

Alphonse Giroux
Paris

Sujet du modèle

Jeune femme masquée ; recto : jeune femme en buste ; verso : masque

Objectif

Informations non disponibles

Taille de l'objet

Ouvert :
Informations non disponibles

Fermé :
Informations non disponibles

Diamètre :
6.8 cm

Taille de la boîte de transport

Informations non disponibles

Remarques

Etiquette sur la boîte : ""Les Trompe-l'oeil ou les Plaisirs de Jocko, Amusement de Société" et "A. Giroux & Cie, n° 7 rue du Coq St. Honoré à Paris".

"Le thaumatrope est dû, si l'on en croit Charles Babbage, aux réflexions de l'astronome John Herschel, à l'ingéniosité du docteur William Henry Fitton, et au sens commercial du docteur John Ayrton Paris. Charles Babbage raconte, dans son autobiographie, la naissance alambiquée du thaumatrope : "Un jour, Herschel, assis avec moi après le dîner, s'amusant à faire tournoyer une poire sur la table, me demanda soudain si je pouvais lui montrer deux faces d'un shilling au même moment. Je sortis de ma poche un shilling et le tenant devant un miroir je lui montrais ma méthode. "Non, mon ami, ce n'est pas ça". Alors, faisant tourner mon shilling sur la table, il me montra son moyen pour voir les deux côtés en même temps. Le lendemain, j'ai mentionné l'anecdote à feu le docteur Fitton, qui quelques jours plus tard m'apporta une belle illustration de ce principe. Cela consistait en un disque de carton accroché entre deux morceaux de soie à coudre. Ces fils étaient tenus entre le pouce et l'index de chaque main ; on les faisait alors tourner rapidement et naturellement le disque de carton tournait aussi. D'un côté du disque de carton était peint un oiseau, de l'autre côté, une cage vide. Si l'on tournait les fils rapidement, l'oiseau semblait être entré dans la cage. Nous avons fait aussitôt de nombreuses applications, par exemple un rat d'un côté et un piège de l'autre, etc. Cela fut montré au capitaine Kater, au docteur Wollaston et à nombre de nos amis, et au bout de peu de temps, on l'oublia. Quelques mois plus tard, pendant un dîner au club de la Royal Society, j'entendis Mr Barrow, alors secrétaire de l'Amirauté, parler d'une voix haute d'une merveilleuse invention du docteur Paris... Cette invention s'appelait le thaumatrope et l'on disait qu'elle était vendue à la Royal Institution, Albemarle Street. Suspectant qu'elle pouvait avoir un lien avec notre jouet sans nom, je m'y rendis le lendemain, et j'acquis pour 7 shillings et 6 penses un thaumatrope". La première description en est donnée dans l'Edinburgh Journal of Science de David Brewster, en janvier 1826. En France c'est Eugène Julia de Fontenelle, un ami de Robertson, qui en révèle le fonctionnement, la même année. En 1827, John Ayrton Paris publie les trois volumes de Philosophy in Sport made Science in Earnest, ouvrage illustré par George Cruikshank (célèbre dessinateur qui réalisera plus tard de belles bandes animées pour le zootrope). Un joli dessin, au début du troisième volume, montre deux enfants et un adulte en train de regarder un thaumatrope. Les sujets présentés par John Ayrton Paris sont très élaborés : Eurydice et Orphée (d'après une illustration des oeuvres de Virgile, publiées à Paris par Firmin Didot), les Métamorphoses d'Ovide, et divers sujets mythologiques. En fait, les disques du thaumatrope commercialisés par la suite adopteront des motifs beaucoup plus simples" (Laurent Mannoni, Le Grand art de la lumière et de l'ombre, Paris, Nathan, 1995, p. 195-196).

Bibliographie

Julia-Fontenelle, Manuel de physique amusante, Paris, Roret, 1826, p. 327.

[John Ayrton Paris], Philosophy in Sport made Science in Earnest ; being an attempt to illustrate the first principles of natural philosophy, by the aid of popular toys and sports, in three volumes, London, printed for Longman, Rees, Orme, Brown and Green, Paternoster-Row, 1827.

David Robinson, "Masterpieces of animation 1833 - 1908", Griffithiana, Pordenone, n° 43, décembre 1991.

Georg Fusslin, Optisches Spielzeug oder wie die Bilder laufen lernten, Stuttgart, Verlag Georg Fusslin, 1993.

Laurent Mannoni, Le Grand art de la lumière et de l'ombre, Paris, Nathan, 1995, p. 195-196.

John Barnes, Dr. Paris's Thaumatrope or Wonder-Turner, London, The Projection Box, 1995.