Catalogue des appareils cinématographiques de la Cinémathèque française et du CNC

Accueil > Collection > Caméra film 16 mm

Caméra film 16 mm

N° Inventaire : AP-11-2716(1/4)

Collection : La Cinémathèque française

Catégorie d'appareil : Prise de vues cinématographiques

Nom du modèle : Eclair 16

Numéro de fabrication : n° N M 1852

Lieu de fabrication : Paris, France

Année de fabrication : 1963

Fiche détaillée

Type de l'appareil

entraînement du film 16 mm par une griffe et une contre-griffe ; tourelle à deux objectifs ; visée reflex Kinoptik par objectif de prise de vues et miroir reflex tournant ; obturateur réglable ; moteur électrique incorporé 12 v. Beauviala ; deux poignées ; magasin co-axial débiteur et récepteur pour 120 m. de film avec deux débiteurs dentés et compteur de pied et mètre ; tige métallique pour compendium

Auteurs

Coutant André
Paris

Beauviala Jean-Pierre
Grenoble, 2 rue de la Paix

Fabricants

Eclair International Diffusion S.A.
Paris, 12 rue Gaillon

Etablissements Pierre Angénieux
Saint-Héand

Utilisateurs

Coutant André
Paris

Beauviala Jean-Pierre
Grenoble, 2 rue de la Paix

Distributeurs

Eclair International Diffusion S.A.
Paris, 12 rue Gaillon

Sujet du modèle

Informations non disponibles

Objectif

Som Berthiot VE 2692 Télé-Cinor 1 : 3,5 f = 75 ; Angénieux zoom type 20 x 125 P. Angénieux Paris F. 12 - 240 mm 1 : 3,5

Taille de l'objet

Ouvert :
Informations non disponibles

Fermé :
Longueur : 59 cm
Largeur : 25 cm
Hauteur : 36 cm

Diamètre :
Informations non disponibles

Taille de la boîte de transport

Informations non disponibles

Remarques

Marque "Eclair. Moteur 12 v. Beauviala".

Appareil présenté par André Coutant, son concepteur, à l'AFITEC et à la CST, le 27 février 1963 (et à la Photokina de Cologne peu après) : "Portabilité : Poids 6 kg en ordre de marche. Maniabilité : Se place sur l'épaule de l'opérateur et peut être tenue très longtemps d'une seule main sans aucune fatigue tout en gardant la possibilité de régler l'objectif avec cette main. Silence : Mécaniquement silencieuse, elle est comparable aux meilleures caméras sous "blimp" et peut servir aussi bien en studio qu'à l'extérieur pour l'enregistrement des films sonores. Vision : "reflex" par l'objectif de prise de vues grâce au réflecteur tournant, sans interposition d'optique de réflexion pendant la prise de l'image. Obturateur tournant et réglable entre 0 et 180°. Mécanisme d'entraînement du film à griffe réglable et à contre-griffe réglable en marche, asservissant ainsi le mécanisme à sa propre usure et permettant de maintenir en permanence une fixité parfaite et un silence constant. Couloir en acier à grain fin et chromage dur équipé d'un presseur latéral pour le film. Tourelle à deux objectifs et pourvue de deux douilles spéciales pouvant recevoir n'importe quel objectif à partir du 5,7 mm... En général toute l'optique des grosses caméras peut être montée avec sa monture d'origine. Chargeurs du type coaxial 120 ou 300 mètres à enclenchement instantané sur la caméra pour film en rouleaux ou en bobines métalliques du commerce... Compteurs doubles et automatiques (mètres et feet simultanément)... Moteur interchangeable et amovible, marque Perfectone : moteur à courant continu 12 volts, consommation moyenne 1,5 ampère avec génératrice de pilotage incorporée au moteur" (A. Coutant, "La nouvelle caméra française Eclair 16 mm", AFITEC, 1963, p. 7-11).

"Eclair 16 autosilencieuse. La caméra qui ne se porte pas... elle repose sur l'épaule. Autosilencieuse, portative, visée reflex intégrale, chargement instantané, tourelle pour 2 objectifs, fixité absolue des images, synchrone avec tous enregistreurs. L'Eclair 16 a été étudiée pour qu'elle soit autosilencieuse par construction ; aucun de ses éléments ne comporte de "blimp" pour conserver cette qualité indispensable à toute caméra professionnelle. Sa forme très étudiée assure une stabilité absolue des prises de vues effectuées en portatif grâce à la répartition judicieuse du poids, au centre de gravité placé très bas, au magasin coaxial compact qui repose sur l'épaule et qui évite toute fatigue rapide. Pendant les déplacements, une poignée rigide permet de porter facilement la caméra, toujours prête à tourner. L'Eclair 16 comprend une visée réflex par surface réfléchissante tournante, indépendante de l'obturateur. L'image est reprise, sans aucune parallaxe, par une loupe de visée située sur le côté gauche de la caméra. L'oeilleton caoutchouté de la loupe est adaptable à l'oeil gauche ou à l'oeil droit et la loupe elle-même peut pivoter de 360° parallèlement à la caméra. Cette combinaison unique permet à l'opérateur de viser, cadrer et faire le point dans des conditions les plus confortables quelles que soit la position de la caméra ; il peut par exemple filmer en tournant le dos à la scène. Un simple geste et... l'appareil est chargé et peut tourner. Cette opération "éclair" s'effectue en moins de 5 secondes en acccrochant à la caméra le chargeur coaxial 120 m contenant le film vierge. Le remplacement d'un chargeur par un autre se fait dans les mêmes conditions et avec une telle rapidité que l'on ne perd qu'une infime partie de l'action. Seul le Caméflex, de réputation mondiale, possède également cette caractéristique. [...] Le système d'entraînement intermittent du film comprend une griffe de transport et une contre-griffe de stabilisation ; la griffe pénètre dans la perforation en glissant silencieusement avant que sa partie inférieure vienne en contact avec le bord d'attaque de la perforation. Quant à la contre-griffe, elle assure une fixité verticale remarquable, d'une précision inférieure au 1000e de la hauteur d'une image. L'ensemble : griffe, contre-griffe, presseur latéral et presseur arrière du film, garantit non seulement une stabilité parfaite des images mais également une définitiion maximum sans risque de rayure. Deux types de moteurs interchangeables sont disponibles : 1) régulé 12 volts continu, avec claquette automatique, 2) asservi 12 volts continu, avec oscillateur à quartz. Ce dernier permet de fonctionner en sychronisme rigoureux avec un enregistreur magnétique muni d'oscillateur à quartz et cela sans aucune connexion entre la caméra et le magnétophone" (Eclair 16 autosilencieuse, Paris, Eclair International, s.d.).

"Les opérateurs de la nouvelle vague désirent, de plus en plus, obtenir des prises de vues dans les conditions les plus diverses en dehors du studio et filmer la réalité sur le vif, d'où la création d'appareils réduits, à alimentation facile, transformables et synchrones avec des enregistreurs magnétiques distincts ou assurant la prise de vues et de son simultanés sur un même film. A cet égard, la caméra Eclair 16 autosilencieuse est un remarquable appareil, offrant de nombreuses possibilités de travail inconnues jusqu'ici. Elle est caractérisée par son silence mécanique absolu, par son poids réduit, de l'ordre de 6 kg, sa grande maniabilité qui permet de la tenir d'une simple main sans fatigue. La vision reflex est assurée par l'objectif de prise de vues et un viseur réflecteur tournant sans interposition d'optique de réflexion. L'obturateur est réglable entre zéro et 180° ; tandis que le mécanisme d'entraînement du film à griffes et à contre-griffes réglables en marche permet de maintenir en permanence une fixité parfaite et un silence constant. Il est possible de placer dans le chargeur co-axial à enclenchement instanté n'importe quel rouleau de film et en plein jour, de 120 à 360 m, le moteur lui-même est interchangeable et amovible, alimenté sous 12 volts, avec génératrice de pilotage incorporée au moteur" (La Technique cinématographique, janvier 1964, p. 16-17).

Bibliographie

Cinéopse, novembre-décembre 1963.

La Technique cinématographique, n° 257, octobre 1964.

Mode d'emploi Caméra Eclair 16 mm, Paris, Eclair, s.d. (1963).

A. Coutant, "La nouvelle caméra française Eclair 16 mm", AFITEC, n° 24, 1964, p. 7-11.