Catalogue des appareils cinématographiques de la Cinémathèque française et du CNC

Accueil > Collection > Blimp de caméra (maquette en volume d'un blimp pour prise de vues sous-marines)

Blimp de caméra (maquette en volume d'un blimp pour prise de vues sous-marines)

N° Inventaire : CNC-AP-96-48

Collection : Centre national du cinéma et de l'image animée

Catégorie d'appareil : Prise de vues cinématographiques

Nom du modèle : Aquaflex (maquette en volume de l')

Lieu de fabrication : Paris, France

Année de fabrication : 1950

Fiche détaillée

Type de l'appareil

maquette en réduction du blimp Aquaflex pour caméra Caméflex ; corps en métal bleu, de forme ovale, et pouvu de deux ailes et d'un aileron ; le corps s'ouvre par l'arrière, donnant accès à une réduction du Caméflex (avec le magasin spécial Aquaflex) monté sur queue d'aronde à l'intérieur de l'Aquaflex ; support en plexiglass

Auteurs

Coutant André
Paris

Froidure Roger
Paris, 3 bis villa Flore (16e)

Lallement Maurice
Paris, 3 bis villa Flore (16e)

Fabricants

S.E.R.I.
Paris, 43 rue Lafayette & 3 bis Villa Flore

Utilisateurs

Coutant André
Paris

Froidure Roger
Paris, 3 bis villa Flore (16e)

Lallement Maurice
Paris, 3 bis villa Flore (16e)

Distributeurs

Informations non disponibles

Sujet du modèle

Informations non disponibles

Objectif

Informations non disponibles

Taille de l'objet

Ouvert :
Informations non disponibles

Fermé :
Longueur : 16 cm
Largeur : 24 cm
Hauteur : 17 cm

Diamètre :
Informations non disponibles

Taille de la boîte de transport

Informations non disponibles

Remarques

Maquette en réduction de l'Aquaflex Coutant-Seri, commercialisé par Eclair. Marque : "SERI 1950". L'intérieur contient un Caméflex miniature avec le magasin spécial pour l'Aquaflex.

Don de André Coutant au Centre national de la cinématographie (Archives françaises du film), le 20 novembre 1978.

Projet commencé en 1947. "L'idée première pour la réalisation du caisson sous-marin était de prendre un Cameflex standard avec magasin 120 m. et de le mettre à l'intérieur d'un carter en aluminium coulé qui suivrait à peu près les formes de l'appareil de prise de vues. la partie arrière épousant la forme du magasin aurait constitué une dérive (dérive et stabilisateur sont indispensables pour obtenir des travellings sous-marins d'une bonne fixité). Les études s'orientèrent alors vers un caisson de forme cubique, à bords arrondis, pour faciliter l'avancement dans l'eau. (...)". La forme cubique fut abandonnée pour une forme hydrodynamique en oeuf contenant le Cameflex avec deux magasins l'un derrière l'autre. Le caisson original était d'une épaisseur de 8 mm, en AG3, matériau préconisé par l'Aluminium Français. Il comportait à l'avant un logement permettant l'encastrement d'une glace fixe en plexiglass d'un diamètre suffisant pour laisser passer les rayons optiques d'un objectif 28 mm. Deux poignées permettaient le maintien et le maniement de l'appareil, et des boutons servaient pour la mise au point, le diaphragme, la mise en route, le rhéostat servant de variateur de vitesse. Au dessous se trouvait une bouteille d'air comprimé. Derrière, trois hublots en plexiglass pour la cellule photo-électrique, le compteur-mètres et la vision reflex. Cet appareil autonome fonctionnait avec une batterie de 8 volts. Roger Froidure, assistant ; Maurice Lallement, chef du prototype ; Pierre Boutin, Paul Civrac, René Droux, Julien Depoty, Roger Gonin, Josette Conques."

Bibliographie

La technique cinématographique, avril 1951.